Apple aurait fait perdre près de 10 milliards de dollars aux réseaux sociaux

COUP DUR En 2020, Apple a instauré une nouvelle fonctionnalité visant à améliorer la protection de la vie privée des utilisateurs de son système d’exploitation. Cette importante perte financière en serait la conséquence

avec agence
— 
Une illustration des Gafa : Amazon, Apple, Facebook et Google.
Une illustration des Gafa : Amazon, Apple, Facebook et Google. — STRF/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

Lors de l’annonce de la mise à jour de son système d’exploitation iOS 14 en 2020, Apple a présenté une nouvelle fonctionnalité permettant d’améliorer la protection de la vie privée des utilisateurs. Désormais en vigueur depuis plusieurs mois, cette mesure aurait déjà fait perdre environ 9,85 milliards de dollars en revenus publicitaires aux réseaux sociaux tels que Facebook, Snapchat, Twitter et YouTube, selon une estimation du Financial Times relayée par Presse-Citron ce mardi.

Ce système nommé App Tracking Transparency (ATT) oblige les développeurs d’applications à demander le consentement des utilisateurs pour accéder à un identifiant appelé IDFA, qui fonctionne un peu comme les cookies tiers sur Internet. Ainsi, si l’utilisateur refuse, l’application concernée aura beaucoup plus de difficultés à opérer un ciblage publicitaire. Conséquence directe : la baisse de ses revenus dans ce domaine.

Un impact « modeste » selon YouTube et Twitter

Toutefois, les différentes applications citées précédemment n’ont pas été impactées de la même manière. Facebook a été le plus touché car c’est le service qui compte le plus d’utilisateurs tandis que Snapchat a été le moins concerné au niveau du pourcentage de chiffre d’affaires. Face à cette nouvelle mesure, les annonceurs doivent désormais débourser davantage d’argent pour atteindre leurs objectifs, comme l’a expliqué Sheryl Sanberg, la numéro 2 chez Facebook.

« Comme prévu, nous avons connu des vents contraires au niveau des revenus ce trimestre, notamment en raison des changements d’Apple qui affectent non seulement notre activité, mais également des millions de petites entreprises dans une période déjà difficile pour elles dans l’économie », a déclaré Mark Zuckerberg. De leur côté, YouTube et Twitter ont assuré que l’impact de cette mesure avait été « modeste » sur leurs revenus.