Il n'est toujours pas possible d’avoir plus de 5.000 amis sur Facebook

Vincent Glad

— 

Même si certains résistent encore par principe, la plupart des recruteurs n'hésitent plus à chercher sur internet des informations personnelles sur les postulants à un emploi.stra.
Même si certains résistent encore par principe, la plupart des recruteurs n'hésitent plus à chercher sur internet des informations personnelles sur les postulants à un emploi.stra. — Leon Neal AFP/Archives

Rattrapé par le phénomène Twitter, Facebook a annoncé mercredi une série d’innovations pour faciliter les interactions entre internautes. Mais ces modifications, très techniques, ont causé certaines confusions. L’AFP et, dans son sillage, de nombreux médias, ont ainsi annoncé qu’il était désormais possible pour quiconque d’avoir plus de 5.000 amis, la barrière jusque-là posée par Facebook.

Mais en fait, il n’en est rien. Sur votre profil personnel, vous êtes toujours limité à 5.000 amis, ce qu’a confirmé aujourd’hui Facebook à 20minutes.fr. Évidemment, pour le commun des mortels, le débat n’a pas lieu d’être: l’anthropologue britannique Robin Dunbar a calculé en 1993 qu’un être humain ne pouvait avoir plus de 150 amis, en raison des limitations imposées par le cerveau. Si avec Facebook, cette barre a explosé, il est bien rare de voir des profils avec plus de 500 amis – sauf bien sûr pour le célèbre blogueur Loic Le Meur.

Mais qu'est ce qui change alors?

Voilà ce qui va vraiment changer: les pages de fan (aux nombre d'amis illimités) vont devenir dans les jours qui viennent ce que Facebook appelle des «profils publics», ressemblant à s’y méprendre aux profils privés traditionnels. Actuellement, ces pages de fan sont très statiques et il n’est pas vraiment possible d’interagir avec les personnalités. Regardez par exemple la page d’Etienne Daho.

Pour voir à quoi ressembleront ces nouvelles pages, Facebook a déployé le nouveau concept sur quelques profils, comme celui de Nicolas Sarkozy. Dorénavant, si vous devenez ami avec le Président, vous verrez s’afficher la plupart de son activité sur votre page d’accueil. Ce n’était pas le cas avant: il fallait aller sur sa page pour avoir des nouvelles de Sarkozy.

«Voulez-vous devenir mon supporter?»

Tout le monde peut créer sa «page publique» et ainsi dépasser les 5.000 amis. Mais il faut avoir un orgueil démesuré. En effet, sur ces pages, on ne devient pas «ami» mais «supporter» (le nouveau terme pour «fan»).

Il faut avoir un certain aplomb pour demander à ses potes: «Voulez-vous devenir mon supporter?». Ces pages sont en fait un moyen pour les politiques, les célébrités ou les marques d’avoir un dialogue direct avec le public, comme sur Twitter. Mais certainement pas un moyen, pour l’internaute lambda, d’avoir plus de 5.000 amis afin d'exploser les comptes de Robin Dunbar.

En attendant, n’oubliez pas de devenir «supporter» de 20minutes.fr. On se sent un peu seul avec nos 91 amis.