Données personnelles: Facebook fait machine arrière

NB

— 

Le logo de Facebook modifié
Le logo de Facebook modifié — DR/PHOTOMONTAGE
Un pas en avant, un pas en arrière. Début février, Facebook a modifié en catimini ses conditions d’utilisation. Mais l’un des points a fait hurler quelques-uns des 175 millions d’utilisateurs dans le monde — dont 12 millions de Français, selon les chiffres de Comscore. Ce point, c’est la suppression d’un paragraphe stipulant que tous les droits cédés à Facebook expirent lorsque l’utilisateur décide de désactiver son profil ou supprimer un contenu. Les internautes craignent ainsi que leur réseau social s’octroie le droit d’utiliser librement tous les contenus diffusés, même s’ils fermaient leur compte.
 
Conséquence de la polémique: le fondateur du réseau social, Mark Zuckerberg, a finalement fait savoir, mardi soir sur le blog officiel du réseau, que Facebook allait revenir à ses précédents termes d’utilisation: «Ces derniers jours, nous avons reçu de nombreux commentaires relatifs à ces changements et à ce qu'ils signifient pour les gens et pour leurs informations. Sur la base de ces réactions, nous avons décidé de revenir à nos précédentes conditions d'utilisation», écrit-il.


> Lire l’interview d’un avocat américain spécialisé sur le flou juridique de Facebook

Un petit mot sur votre «home»

 
Le réseau social va même plus loin ce mercredi matin. Après l'annonce de son président, les utilisateurs pouvaient trouver sur leur compte le message suivant: «Ces derniers jours, nous avons reçu de nombreux retours sur les nouvelles conditions d'utilisation que nous avons mises en place il y a deux semaines. En conséquence, nous avons décidé de revenir à nos conditions d'utilisation antérieure le temps pour nous de régler les questions posées par nos utilisateurs. Si vous voulez partager vos points de vue sur ce que devraient être les nouvelles conditions d'utilisation, rendez vous sur le groupe "Charte des droits et devoirs de Facebook"».
 
Et vous, qu’en pensez-vous? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous...