Wikipédia soigne l'ego

Yaroslav Pigenet

— 

Non les contributeurs à Wikipédia ne sont pas des savants altruistes... mais des cuistres légèrement autistes et relativement bornés. C'est la conclusion du psychologue Yair Amichai-Hamburger et du Research Center for Internet Psychology en Israël, après une enquête auprès de wikipédistes réguliers. Le premier test était un questionnaire évaluant la sociabilité du sujet et sa capacité à exprimer ses sentiments ou se faire des amis, en ligne ou dans la vraie vie. Le second questionnaire permettait de noter les sujets sur cinq traits de personnalité : ouverture d'esprit, extraversion, affabilité, empathie et équilibre mental. Le premier révèle que les wikipédistes ont une propension plus marquée que les autres internautes à s'investir dans leur « moi virtuel », au détriment de leur vie sociale réelle. « Les membres de Wikipédia se sentent plus à l'aise pour s'exprimer sur le Net que dans le monde réel », note Yair Amichai-Hamburger. En comparant la personnalité des sujets, il a constaté que les wikipédistes obtiennent des scores d'affabilité et d'ouverture d'esprit plus bas que les autres internautes. Les wikipédistes femmes ne font d'ailleurs pas mieux que les hommes. Selon le psychologue, ces résultats suggèrent que les wikipédistes ne contribuent pas pour des motifs altruistes mais pour compenser leurs problèmes d'ego et leur difficulté à s'exprimer dans le monde réel. Une conclusion qui corrobore les résultats d'études antérieures sur les « gros » contributeurs à YouTube, Digg ou Twitter. Le chercheur et son équipe s'attaquent maintenant à Facebook. ■