A quoi ça rime, une quatrième licence mobile?

TELEPHONIE Quel impact cela peut avoir? Pour quand? Quels bénéfices peuvent en tirer les consommateurs?

AA

— 

Le gouvernement a annoncé lundi l’arrivée d’une 4e licence mobile. Mais qu’est-ce que cela veut dire exactement? Quel impact pour les clients des opérateurs historiques, SFR, Orange et Bouygues Télécom? 20minutes.fr fait le point sur le dossier.
 
En quoi consiste cette quatrième licence?
La licence a été décomposée en trois lots de fréquences. Un lot est réservé à un «nouvel entrant». Comprendre: ni SFR ni Orange ni Bouygues Télécom, pas vraiment des bleus dans le secteur. Les deux autres sont ouverts à tous les candidats, nouveaux comme anciens.
 
Qui sera ce nouvel entrant?
A priori, Free, actuellement fournisseur d’accès à Internet, seul candidat connu.
 
Pourquoi un quatrième opérateur?
Pour faire émerger un nouveau concurrent face aux trois opérateurs historiques. L'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a réaffirmé à moult reprises l'importance de cette 4e licence mobile pour stimuler la concurrence, jugée insuffisante. Free a d’ailleurs promis de faire baisser les prix, divisant par deux la facture des Français, dans une interview au «Figaro».
 
Pourquoi n’y en aura-t-il pas pour tout le monde?
Parce que le lot que pourrait avoir Free est un lot de 5 mégahertz. Ce qui n’est pas lourd (les opérateurs actuels ont des licences de 15 Mhz). Cela ne veut pas dire que les futurs clients de Free auront des pannes de réseau dès qu’ils sortiront des grandes villes, mais qu’ils ne pourront pas espérer surfer à gogo sur le Net depuis leur téléphone portable et qu’ils ne seront pas nombreux à pouvoir en profiter. Maxime Lombardini, directeur général de Free, relativise: «Avec ce bout de fréquence, Free peut déployer un réseau national sans coupure et desservir 10 millions de clients.» Dans un premier temps du moins. Ensuite, Free pourrait racheter d’autres fréquences dans les prochaines années.
 
Quand?
Les fréquences de cette quatrième licence seront attribuées avant «l’été», a promis François Fillon. Mais ensuite, il faudra compter encore quelques mois avant que les offres du nouvel entrant soient mises en place. Ce qui mène au minimum à l’automne 2009.
 
Pourquoi le gouvernement autorise-t-il cette quatrième licence mobile maintenant?
On ne le sait pas très bien. Mais on se souvient qu’en juillet 2008, Jean-François Copé, patron des députés UMP et chef de la commission sur l'audiovisuel public, avait menacé d’autoriser cette quatrième licence mobile si les opérateurs téléphoniques augmentaient leurs tarifs. Ce qu’ils menacent de faire si la taxe sur les opérateurs pour financer la télé publique est votée. Coïncidence ou pas, cette taxe devrait être examinée cette semaine au Sénat.