Airbnb affirme lutter contre les discriminations aux Etats-Unis

RACISME Grâce à une équipe « anti-discrimination », Airbnb veut « débusquer, évaluer et dépasser » les discriminations dans le processus de réservation sur sa plateforme

20 Minutes avec agences

— 

Airbnb. (Illustration)
Airbnb. (Illustration) — XAVIER VILA/SIPA

Airbnb a révélé lundi avoir banni 1,3 million de personnes de sa plateforme depuis 2016 pour « avoir refusé de traiter les autres sans préjugés ». Cette annonce s’inscrit dans une série de mesures prises par des entreprises américaines en réaction aux mouvements antiracistes.

La plateforme de réservation de logements en ligne a ainsi fait le point sur les initiatives déjà en place et celles à venir en termes de lutte contre les discriminations, notamment quand des propriétaires refusent des locataires potentiels par racisme.

Une équipe « anti-discrimination »

L’entreprise précise ainsi que les photos de profil des clients ne sont divulguées aux hôtes qu’après la confirmation de la réservation, pour « encourager des décisions plus objectives ».

Par ailleurs, une équipe « anti-discrimination » va désormais mener, aux Etats-Unis, une nouvelle initiative, baptisée « project lighthouse » (« projet phare »). Elle vise à « débusquer, évaluer et dépasser » les discriminations dans le processus de réservation sur la plateforme. Il s’agit de faire de la recherche anonymisée sur la perception des origines à partir des photos et noms des personnes, et de déterminer quand et comment ont lieu les discriminations raciales. Airbnb travaille avec des associations de la société civile pour réaliser cette étude et s’assurer qu’elle respecte la vie privée.

Des grandes entreprises prennent des mesures

Plusieurs entreprises américaines ont également pris des mesures de lutte contre les discriminations en réponse aux manifestations contre les violences policières, suscitées par la mort de George Floyd, un Afro-Américain tué par un policier blanc fin mai. Adidas, par exemple, a promis que 30 % des nouvelles embauches aux Etats-Unis seraient des personnes noires ou d’origine latino-américaine.

La plate-forme d'hébergement n'est pas la seule de la Silicon valley a avoir pris des engagement contre le racisme récemment. Twitter a fait du 19 juin, la fête américaine qui commémore l’abolition de l’esclavage, un jour férié aux Etats-Unis, tandis qu’ Apple a lancé une initiative pour « l’équité raciale et la justice », dotée de 100 millions de dollars.