« Assassins », « sales barbares »… L’affiche de la Fédération de chasse de Gironde indigne les internautes

CHASSE Une affiche placardée sur les bus de Bordeaux, qui incite à passer son permis de chasse « pour 0 euro », a créé la polémique sur les réseaux sociaux

H. B.

— 

L'affiche de la Fédération de chasse de Gironde.
L'affiche de la Fédération de chasse de Gironde. — Capture d'écran Facebook

« Assassins », « sales barbares », « vous semez la terreur »… L’affiche de la Fédération de chasse de Gironde a créé cette semaine une vive polémique dans les transports en commun bordelais. Les usagers des bus de la ville ont vu apparaître ces derniers jours une affiche sur laquelle figurent deux chasseurs accompagnés d’un chien, en pleine campagne à l’orée d’un bois, fusil sur le dos, avec le message : « Passez votre permis de chasse pour 0 euro ! Libérez-vous du quotidien ! »

Il n’a pas fallu longtemps pour que les militants anti-chasse réagissent sur les réseaux sociaux. Des centaines de messages d’insultes, et même des menaces de mort ont été envoyés sur la page Facebook des chasseurs girondins.

« Forte sensibilité sur la cause animaliste »

Le gestionnaire du réseau de transports en commun bordelais, Transports Bordeaux Métropole (TBM) a également reçu de nombreux messages d’insultes de la part d’internautes opposés à la chasse. Dans un message posté mardi matin sur Facebook, TBM dit comprendre l’émotion suscitée par ces affiches, tout en précisant qu’elles sont légales. Le gestionnaire s’est toutefois engagé à retirer ces affiches publicitaires, et à se montrer plus vigilant à l’avenir.

« Il y a une forte sensibilité à Bordeaux sur la cause animaliste, ce n’est pas la première fois que nous sommes confrontés à ce genre de réactions », a déclaré la régie des transports bordelais. La Fédération de chasse de Gironde a de son côté indiqué vouloir porter plainte pour les insultes et menaces de mort reçues.

La France compte environ un million de chasseurs, dont près de 38.000 en Gironde. La pratique de la chasse fait face ces dernières années à une pression toujours plus forte des militants vegan, antispécistes et animalistes.