Sibeth Ndiaye en «tenue de cirque»... Le tweet jugé raciste de Nadine Morano indigne ministres et élus LREM

POLEMIQUE L’eurodéputée LR s’en est prise à la porte-parole du gouvernement après ses propos sur les Français « qui mangent plus souvent des kebabs que du homard »

H. B.

— 

L'eurodéputée LR Nadine Morano
L'eurodéputée LR Nadine Morano — THOMAS SAMSON / AFP

« Racisme ordinaire », « violence gratuite », « dérapage »… Plusieurs ministres et de nombreux députés LREM se sont indignés vendredi d’un message jugé « raciste » publié par Nadine Morano sur Twitter, dans lequel l’eurodéputée LR s’en prend à la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

Nadine Morano a commenté ce vendredi la sortie de Sibeth Ndiaye sur la démission de François de Rugy. Maladroitement, la porte-parole du gouvernement avait évoqué les Français qui mangent plus de kebabs que de homards, se faisant largement railler sur les réseaux sociaux.

« Outrée mais habituée à entendre ses inepties débitées souvent en tenue de cirque… Sénégalaise très bien née ayant obtenu la nationalité Française il y a trois ans… visiblement avec de grandes lacunes sur la culture française. Indigne de cette fonction gouvernementale en France », a tweeté vendredi matin l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, réélue eurodéputée LR en mai dernier

Gilles Le Gendre menace de poursuites

« Les propos ouvertement racistes de Nadine Morano sont indignes d’une responsable politique. Vous devez les retirer et présenter vos excuses, sous peine de poursuites. Soutien politique et amical à Sibeth Ndiaye, au nom des députés de La République en marche », s’est insurgé le patron des députés de La République en marche, Gilles Le Gendre.

A la suite de cette mise en garde, Nadine Morano s’est interrogée dans un nouveau tweet : « Il ne faut rien dire parce qu’elle est noire, c’est ça ? », en demandant pour sa part à Sibeth Ndiaye des excuses « à présenter aux Français ».

Le soutien de nombreux ministres du gouvernement

Le ministre des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, a pour sa part dénoncé un « racisme ordinaire, dérapages et amalgames ordinaires, « pensée » ordinaire ». La « banalité » qui amène toujours au pire ».

« L’ex-ministre Nadine Morano se distingue à nouveau par ses remarques racistes et discriminantes. La prochaine fois qu’elle attaquera la porte-parole du gouvernement, je l’invite à piocher ailleurs que dans le bréviaire du Rassemblement national », a de son côté tweeté la ministre des Outre-mer Annick Girardin.

« Qu’est-ce qui gêne Nadine Morano ? Son style vestimentaire ou que Sibeth Ndiaye soit Française, et pire encore, Ministre de la République ? », a demandé le ministre de l’action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Pour le ministre de la Culture Franck Riester, « une nouvelle fois, Nadine Morano nous offre un affligeant mélange de haine raciste et de violence gratuite », tandis que la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa a donné des conseils de lecture à l’ancienne députée, comme « Noir n’est pas mon métier », pour lui permettre « peut-être de comprendre pourquoi (ses) propos sont racistes, déplacés, blessants et injurieux ».

La réponse la plus cinglante est sans doute celle de la secrétaire d’État Brune Poirson. qui a cité René Char pour fustiger une Nadine Morano. « René Char disait qu’il existe une sorte d’homme toujours en avance sur ses excréments. Avec Nadine Morano, on découvre que ça marche aussi pour les femmes », a-t-elle écrit.

Déjà accusée de racisme en 2015

De nombreux députés de la majorité ont également apporté leur soutien à Sibeth Ndiaye autant qu’ils ont dénoncé le message de Nadine Morano, notamment Aurore Bergé, Jean-Baptiste Djebbari, Marie Lebec ou Roland Lescure.

Nadine Morano avait déjà fait l’objet d’une polémique sur fond d’accusations de racisme, en 2015, lorsqu’elle avait déclaré : « Nous sommes un pays judéo-chrétien, le général de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères ». La phrase, qu’elle n’avait pas voulu retirer, lui avait coûté à l’époque la tête de liste des Régionales dans le Grand Est.