Lyft, le concurrent d'Uber, réussit son entrée en Bourse

TECH Avec une hausse de 9%, le VTC californien est valorisé à 26 milliards de dollars...  

20 Minutes avec AFP

— 

Un panneau géant de Times Square pour l'entrée en Bourse du VTC californien Lyft, le 29 mars 2019.
Un panneau géant de Times Square pour l'entrée en Bourse du VTC californien Lyft, le 29 mars 2019. — Richard B. Levine/Newscom/SIPA

La Silicon Valley respire. L'américain Lyft, rival numéro un d'Uber aux Etats-Unis, a réussi ses premiers pas sur les marchés boursiers vendredi, ouvrant ainsi le bal de plusieurs entrées en Bourse très attendues de firmes technologiques cette année. Après s'être envolée de 20% dans les premiers échanges, l'action a finalement terminé sur un hausse de près de 9%, valorisant le VTC à 26 milliards de dollars.

L'entreprise créée en 2012 à San Francisco a grillé la politesse à Uber, lui aussi originaire de la ville californienne et leader mondial du secteur des VTC, qui devrait débuter sa cotation boursière dans les prochaines semaines, deux ans après le départ mouvementé de son fondateur Travis Kalanick.

Uber pourrait dépasser les 100 milliards de dollars

Si Lyft est peu connu en dehors des Etats-Unis, il est le principal concurrent d'Uber dans le pays. Selon le cabinet d'analyses Second Measure, Uber détenait un peu plus du 67% du marché contre un peu plus de 30% pour Lyft en février.

L'arrivée d'Uber est extrêmement attendue et son introduction en Bourse (IPO) s'annonce énorme, certains analystes pariant sur une valorisation dépassant allègrement les 100 milliards de dollars, ce qui en ferait l'une des plus grandes mises en orbite boursières de de l'Histoire.

L'introduction de Lyft et Uber sur les marchés, qui devraient notamment être rejointes cette année par l'application de location saisonnière Airbnb et la messagerie d'entreprise Slack, marquent aussi l'entrée «dans la cour des grands» des entreprises relevant de l'économie du partage, née au tournant des années 2010 et qui a révolutionné plusieurs secteurs d'activité dans le monde entier.

Risques

Pour autant, Lyft et Uber ont un autre point commun: ils perdent beaucoup d'argent et leur modèle économique n'est pas sans risque. En officialisant son projet d'entrée en Bourse plus tôt ce mois-ci, Lyft avait dévoilé des pertes de 911 millions de dollars en 2018 pour un chiffre d'affaires de 2,2 milliards de dollars.

Analyste chez Wedbush Securities, Daniel Ives relève que la firme doit relever de gros défis: la concurrence d'Uber, le manque de rentabilité, les incertitudes réglementaires (par rapport aux taxis traditionnels ou aux revendications des chauffeurs en termes de droit du travail par exemple)...

Quant à la voiture autonome, Lyft reste derrière Waymo (Alphabet/Google), considérée comme la plus avancée.