U-feel : Un vélo électrique qui se recharge en pédalant commercialisé en 2020

ÉLECTRIQUE Ce VAE aura une durée de vie cinq fois plus longue qu’un vélo électrique classique

20 Minutes avec agence

— 

Il existe désormais 100 marques de VAE en France.
Il existe désormais 100 marques de VAE en France. — O2FEEL

Il se rechargera en pédalant. L’entreprise française Veloci Industries va commercialiser en 2020 un vélo à assistance électrique (VAE) d’un nouveau genre. Baptisé U-feel, ce vélo ne sera pas équipé d’une batterie mais d’un supercondensateur, rapporte Le Figaro.

Le vélo ne se rechargera donc pas à une borne ou prise domestique, comme les VAE actuels. C’est le cycliste qui, en pédalant, produira l’énergie nécessaire à la recharge. Comme une dynamo, le supercondensateur transformera l’énergie mécanique en énergie électrique.

Un vélo encore plus écolo

Adrien Lelièvre, fondateur et dirigeant de Veloci Industries, précise que le U-feel sera aussi « bien plus écologique que les autres » vélos. Notamment grâce aux matériaux utilisés. Le futur vélo du groupe ne sera pas glouton en « métaux rares et chers » car « le supercondensateur est fabriqué à partir d’aluminium et de carbone », précise le PDG.

De plus, le U-feel aura une durée de vie cinq fois plus longue qu’un VAE classique. « Quand une batterie dure seulement deux à trois ans, un supercondensateur a une durée de vie entre dix et quinze ans », assure Adrien Lelièvre. Enfin, les concepteurs sont allés jusqu’au bout de leur démarche écologique : le supercondensateur est recyclable une fois usé.

De 1.500 à 2.000 euros

Pour le moment, le design de U-feel n’est pas arrêté. Les internautes pourront choisir sa forme sur le site Internet de l’entreprise. Trois modèles ont déjà été imaginés : un prototype ressemblant à un gyropode, un autre doté de deux roues à l’avant et un dernier au design plus classique.

Le U-feel coûtera probablement entre 1.500 et 2.000 euros. « Un vélo électrique coûte entre 700 et 10000 euros, U-feel peut donc être vraiment compétitif » estime Adrien Lelièvre. Le deux-roues pourrait rejoindre les flottes d’entreprises ou les loueurs de vélo – hors free-floating.