"Difficile de rivaliser avec les jeux vidéo"

INTERVIEW Un psychanalyste et universitaire nous explique comment le jeu vidéo peut nuire au couple.

Recueilli par Joël Métreau

— 

 
  — DR

Serge Tisseron, psychanalyste, auteur de "Virtuel mon amour. Penser, souffrir à l'ère des nouvelles technologies" (Albin Michel), explique comment le jeu vidéo, notamment en ligne, est susceptible de créer des tensions au sein du couple.

 
Le jeu vidéo peut-il nuire au couple?
 
Oui, il peut poser un problème. Notamment dans le fait que l'un des deux partenaire soit passionné par le jeu vidéo, et pas l'autre. Mais ce problème peut se poser comme dans toute autre passion. Ce qui est spécifique au jeu vidéo, c'est qu'il se pratique de manière priviligiée le soir et la nuit, alors que c'est censé être un moment d'intimité pour le couple. C'est une question de dosage. De plus, le joueur dépend d'une communauté virtuelle, qui est toujours disponible.
D'autres espaces en ligne peuvent scotcher, comme les sites d'enchères. On peut s'exciter dessus. Or, le jeu vidéo est conçu pour la pratique, pas pour le regarder. De toutes les passions qui ont trait à Internet, le jeu vidéo est le plus difficile à faire partager.
 
Comment y remédier?
 
Il faut voir comment s'est installée cette passion. Lorsque dans un couple, une femme se rapproche d'un homme qui joue, elle doit savoir à quoi s'en tenir. Si on tombe amoureux d'un gros joueur, il ne faut pas placer la barre trop haut dans le désir de le faire arrêter de jouer. Et si des problèmes liés au jeu vidéo arrivent pendant la relation, c'est que le couple ne se portait pas bien avant. Mais c'est difficile de rivaliser avec cette passion.
 
Peut-on quand même faire partager cette passion?
 
Oui, c'est un intérêt qu'on peut faire partager. Les jeux vidéo sont de plus en plus conçus pour intéresser un public masculin et féminin. Les femmes ne doivent pas avoir une idée stéréotypée du joueur, ni des jeux, qui sont plus complexes que l'on se l'imagine. De plus, si on peut faire partager le jeu vidéo, il n'en ira pas forcément de même avec les jeux, l'un préfèrera "Fahrenheit", l'autre "Rayman".
Un gros joueur que je connaissais avait quitté sa compagne qui lui reprochait de passer trop de temps sur l'ordinateur. Aujourd'hui, il vit avec une personne qu'il a rencontrée au travers d'un jeu en ligne. Et aux dernières nouvelles, ils ont une relation stable.