Bythewave a développé un boîtier connecté pour aider les surfeurs débutants.
Bythewave a développé un boîtier connecté pour aider les surfeurs débutants. — KONRAD K./SIPA

SPORT DE GLISSE

CES Las Vegas 2019: Un ex-surfeur crée un outil pour aider les novices à tenir sur la planche

Kévin Lestrade, ancien surfeur de haut niveau, part au CES de Las Vegas du 8 au 11 janvier présenter les boitiers connectés de Bythewave qui permettent aux pratiquants des sports de glisse de s’initier aux bonnes postures, puis de s’améliorer…

  • Un ancien surfeur a créé un outil connecté qui sert d’assistant pour s’initier aux sports de glisse.
  • Il fait partie de la délégation régionale qui se rend au CES de La Vegas en janvier.
  • Il espère y rencontrer de nouveaux distributeurs pour son produit.

Kévin Lestrade connaît bien son sujet. De ses 10 à ses 25 ans, il a été surfeur à un haut niveau, s’adonnant à sa passion sur différents spots à travers le monde. Ce jeune homme de 27 ans a terminé une thèse en biomécanique sur les interactions entre le surfeur et sa planche et elle a débouché sur une technologie protégée par deux brevets et destinée à tous ceux qui veulent s’initier aux sports de glisse.

Il fait partie de la délégation Nouvelle-Aquitaine qui part au CES de Las Vegas du 8 au 11 janvier, un salon de renommée internationale qui permet de créer des contacts, d’enrichir son réseau et de signer parfois de nouveaux contrats.

L’aider à corriger sa posture

« Ce premier outil connecté multisports (à partir de 99 euros) indique au pratiquant ce qu’il a fait de bien ou pas après chaque session et permet de l’aider à corriger sa posture, explique le fondateur de l’entreprise. Moi-même j’ai du mal à expliquer à un surfeur débutant comment tenir sur sa planche ». Par exemple, le jargon utilisé par les aficionados de la planche lui semble un frein.

Son entreprise Bythewave qui emploie cinq personnes est installée à Hossegor, sur la côte basque. L’activité a été lancée il y a un an et 400 boîtiers connectés ont déjà été commercialisés, notamment auprès des écoles de glisses et des loueurs. « On retient peu d’informations sur tout ce que dit le professeur, précise Kévin Lestrade. Cet outil permet de répéter les consignes et d’apprendre en continu ». La plupart des clients ce sont des personnes qui vivent en zones urbaines et qui ont une pratique ponctuelle en surf, en ski ou en skate.

« On aide le pratiquant pour atteindre un niveau intermédiaire, on estime que l’outil peut être utile sur les cinq premières années de pratique », estime Kévin Lestrade. Pour lui, il ne s’agit pas de rentrer en concurrence avec les écoles de glisse mais bien de leur proposer un outil pédagogique et une possibilité pour les débutants de s’entraîner après avoir fixé leur boîtier à leur planche. L’outil est fabriqué en France et expédié depuis les Landes. Jugé « très robuste », par son créateur, il est garanti deux ans.

Des ambitions internationales

Au CES de Las Vegas, il espère rencontrer des distributeurs qui pourraient vendre cette technologie aux Etats-Unis. Le marché américain est l’un des trois secteurs identifiés à l’international par la start-up, avec l’Australie et le Japon, car c’est là-bas qu’on trouve la plus importante progression du nombre de pratiquants. « Les sports de glisse, c’est plus de 450 millions de pratiquants, dont la moitié débute », souligne Kévin Lestrade.

Il pense déjà à l’étape d’après, qui serait d’équiper son boîtier d’une fonctionnalité supplémentaire permettant de récompenser les efforts sportifs à l’aide de « ride coins » qu’il serait possible de convertir en bons de réductions auprès d’entreprises partenaires.