Elle insulte son futur boss sur Twitter et se fait virer de son stage à la Nasa (avant même d’avoir commencé)

TWITTER Une future (ex)-stagiaire de la NASA, trop enthousiaste d’avoir décroché un stage à la Nasa a insulté, sans faire attention, un haut placé de l’agence spaciale sur Twitter. Elle n’est plus prise en stage…

Marie De Fournas

— 

Le siège de la Nasa, agence spatiale américaine, est basé à Washington aux Etats-Unis.
Le siège de la Nasa, agence spatiale américaine, est basé à Washington aux Etats-Unis. — Pablo Martinez Monsivais/AP/SIPA

Oh la c**** ! Il y a quelques jours sur Twitter, une jeune fille a voulu partager son immense joie d’être prise en stage à la NASA. Pour cela, Noémie a choisi l’expression un poil charretière de : « Everyone shut the fuck up. I got accepted for a NASA internship » (« Fermez bien tous vos gueules. J’ai été prise en stage à la NASA »).

A la suite de ce tweet, dont Buzzfeed rapporte la capture d’écran, un certain Homer Hickam lui a répondu de faire attention à son langage. Toujours plus distinguée, la future stagiaire lui a rétorqué un charmant : « Suck my dick and balls, I’m working at Nasa » (« Suce ma b*** et mes coui****, je bosse à la Nasa »).

Sauf que ce que n’avait pas imaginé la Jeune Noémie, c’est qu’Homer Hickam n’était pas un internaute lambda, mais un ancien ingénieur de la Nasa et actuel haut placé du Conseil national de l’espace. En gros, un de ses futurs big boss. Un détail qu’il n’a pas manqué de lui faire savoir : « And I am on the National Space Council that oversees Nasa » (« et moi au Conseil national de l’espace qui supervise la Nasa »).

Selon Newsweek, Homer Hickam aurait écrit sur son blog que Naomi avait perdu son stage à la Nasa. Il préciserait que cela ne serait pas de son fait. Il souligne en revanche que la Nasa a pu voir le tweet de la jeune fille et prendre ensuite cette décision. Depuis, les tweets, ainsi que le message de l’ingénieur ont été supprimés. Moral de cette histoire : Twitter n’est pas un apéro entre pote et ce n’est pas bien de dire des gros mots.

>> A lire aussi : Trolls de Twitter, vos dossiers seront un jour ou l’autre déterrés