Enfants migrants: Ivanka Trump provoque une polémique avec une photo de son fils

ETATS-UNIS La fille et conseillère du président américain a été accusée d'insensibilité alors que le gouvernement prône une « tolérance zéro » pour l’immigration clandestine, qui implique notamment de séparer les enfants de leurs proches...

M.C.

— 

L'image a été postée sur Twitter.
L'image a été postée sur Twitter. — Twitter / @IvankaTrump

Pour décrire la situation, c’est l’expression « tone deaf » (insensible, de mauvais goût) qui revient sous les claviers de nombreux internautes. Ivanka Trump a été prise dans une controverse sur la politique de « tolérance zéro » pour l’immigration clandestine affichée par son père, qui implique notamment de séparer les enfants de leurs proches lorsque des familles entrent illégalement aux Etats-Unis, en tweetant une photo d’elle serrant son petit garçon dans les bras.

« Mon [émoji cœur] ! #DimancheMatin », a écrit en légende la fille et conseillère du président américain. Une image insouciante, qui a conduit des internautes à établir un parallèle avec le sort d’enfants migrants séparés de leurs parents, avec le mot-dièse #WhereAreTheChildren.

Le ministre américain de la Justice, Jeff Sessions, avait réaffirmé au début du mois la politique de « tolérance zéro » pour l’immigration clandestine affichée par l’administration de Donald Trump. « Si vous faites passer un enfant, nous vous poursuivrons. Et cet enfant sera séparé de vous, comme requis par la loi », avait notamment déclaré le ministre.

Les enfants ainsi séparés peuvent être placés dans des familles d’accueil. Un haut responsable du ministère de la Santé et des Services sociaux, Steven Wagner, a déclaré à ce sujet à une commission du Congrès le mois dernier que le gouvernement avait été « incapable de déterminer avec certitude où se trouvaient 1.475 » mineurs après avoir tenté de contacter les personnes chargées de les accueillir au cours des trois derniers mois de 2017.

« N’est-ce pas la meilleure chose que de câliner son petit - en sachant exactement où il est, en sécurité dans vos bras ? […] N’est-ce pas, Ivanka ? », s’est insurgé sur Twitter l’humoriste Patton Oswalt.

L’analyste Brian Klaas, de la London School of Economics jugeait lui la photo déplacée au regard de « la politique [migratoire] barbare dont Ivanka Trump est complice ».

C’est la deuxième fois ce mois-ci que l’expression « tone deaf » était accolée au nom d’Ivanka Trump. Le 14 mai, la fille du président avait été critiquée alors qu’elle et son mari Jared Kushner inauguraient en grande pompe à Jérusalem l’ambassade américaine en Israël, pendant que plus de 60 Palestiniens étaient tués par les balles israéliennes à quelques dizaines de kilomètres de là.