YouTube et Google accusés de pratiques illégales sur le ciblage des enfants

DONNEES PERSONNELLES Des associations affirment que YouTube récolte des informations sans en informer les parents et que Google les utilise pour cibler ses publicités vers les enfants…

M.C. avec AFP

— 

Le logo de YouTube (illustration).
Le logo de YouTube (illustration). — Danny Moloshok/AP/SIPA

Selon elles, Google collecte, entre autres, les données de localisation et les numéros de téléphone portable des mineurs. Des associations américaines ont accusé lundi YouTube et sa maison mère Google de collecter des données personnelles sur les enfants et de les utiliser pour cibler des publicités, des pratiques illégales selon elles.

Vingt-trois organisations de défense des droits numériques et de protection de l’enfance, ont annoncé avoir déposé une plainte auprès de la FTC, le régulateur américain du commerce, lui demandant d’enquêter sur ces pratiques.

« Google cible des publicités vers les enfants partout sur internet »

« Google amasse ses informations sans en informer au préalable les parents et Google les utilise pour cibler des publicités vers les enfants partout sur internet », affirment-elles encore.

« Depuis des années, Google a abandonné sa responsabilité envers les enfants et les familles en affirmant de façon trompeuse que YouTube - un site inondé de dessins animés, comptines et publicités pour des jouets - n’est pas pour les enfants de moins de 13 ans », estime dans le communiqué Josh Golin, de la Campagne pour une enfance sans publicité, l’une des organisations signataires.

« Google réalise des profits gigantesques avec les pubs pour enfants et doit respecter la COPPA », la loi américaine sur la protection de la vie privée des enfants sur internet, dit encore Josh Golin.

« YouTube n’est pas pour les enfants »

Les pratiques de Google contreviennent selon les associations à cette loi de 1998 qui « interdit à un site internet destiné aux enfants, ou qui sait que des enfants l’utilisent, de collecter et utiliser de telles informations sans avoir l’accord des parents ».

Contacté par l’AFP, un porte-parole de Google a indiqué que le groupe n’avait pas vu la plainte mais que « protéger les enfants et les familles était une priorité ». « Parce que YouTube n’est pas pour les enfants, nous avons investi de façon importante pour créer l’application YouTube Kids, qui propose une alternative spécialement destinée aux enfants », a ajouté le porte-parole.

Cette plainte intervient dans un contexte de méfiance renouvelée sur la gestion des données personnelles par les groupes internet, en particulier Facebook, englué dans le scandale retentissant Cambridge Analytica.