«Arrêt sur images» critique une interview de Konbini, la directrice dérape sur Twitter

RESEAUX SOCIAUX La directrice de Konbini n’a pas du tout apprécié les révélations d'« Arrêt sur images » concernant sa double casquette au sein du média…

D. D.

— 

Illustration de Twitter
Illustration de Twitter — LOIC VENANCE

Tout commence par la révélation d’Arrêt sur images sur l’interview peu journalistique d’Emmanuel Macron réalisée par Konbini au Niger tournée par Ariane Vincent, la directrice de Konbini, qui est aussi… la directrice communication du média.

>> A lire aussi : Hugo Clément parle de ses projets à Konbini

« @arrêtsurimages savent que tu as postulé le 22 nov dernier ? »

Une sortie qui ne lui a pas du tout plu. Actuellement en vacances en Martinique, l’intéressée a tenté de riposter. Mais au lieu de répondre sur le fond des « attaques » d’Arrêt sur images, elle a choisi de mettre en cause l’auteur du papier en dévoilant qu’il avait postulé pour être embauché à Konbini le 22 novembre dernier, allant même jusqu’à proposer une preuve de ses dires aux responsables du site.

Un procédé qui a irrité de nombreux internautes.

Une méthode apparemment déjà utilisée chez Konbini, comme le confie ce journaliste.

Ariane Vincent a finalement présenté son « mea culpa », expliquant que cette conversation aurait dû « rester privée ».

Et Arrêt sur images a fait passer son article en accès libre sur leur site, histoire que toute cette bataille de tweets ne fasse pas oublier le fond du problème : jusqu’où peut-on aller dans le mélange des genres entre journalisme, communication et politique ?