Ingérence russe dans la présidentielle américaine: Facebook teste une option de transparence sur ses annonceurs

ENQUÊTE RUSSE Le réseau social va expérimenter au Canada la possibilité d’accéder aux informations sur les annonceurs publicitaires…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration facebook sur un ordinateur/ FRANCK LODI/SIPA
Illustration facebook sur un ordinateur/ FRANCK LODI/SIPA — SIPA

Les utilisateurs canadiens de Facebook vont pouvoir accéder à partir de novembre aux informations sur les annonceurs publicitaires présents sur le réseau social, accusé d’avoir servi de plateforme pour de la manipulation politique venant de Russie dans la campagne présidentielle américaine de 2016.

>> A lire aussi : Les médias russes RT et Sputnik interdits de publicité sur Twitter

Accusé d’avoir tardé à réagir, le site de Mark Zuckerberg multiplie désormais les communications sur le sujet pour mettre en valeur ses mesures contre ces ingérences. Facebook avait promis en septembre de rendre accessibles les renseignements sur les annonceurs mais sans donner de calendrier précis.

Ce sera donc à partir de novembre. Mais seulement pour les utilisateurs au Canada, en guise d’expérimentation : ils pourront cliquer sur un onglet spécifique pour connaître la provenance du contenu sponsorisé, examiner la page de l’annonceur et voir tous les contenus qu’il a financés sur Facebook. Le réseau social compte étendre cette fonctionnalité aux Etats-Unis avant les élections de mi-mandat prévues l’an prochain.

« Ce niveau de transparence est bon pour la démocratie et pour le processus électoral »

Comme Twitter ou Google, Facebook est dans la ligne de mire du Congrès américain, qui enquête sur de possibles ingérences de Moscou dans la campagne qui a mené à la victoire du républicain Donald Trump. Facebook et Twitter ont reconnu que des comptes et pages liés à des intérêts russes avaient publié des contenus sponsorisés (« ads ») ayant servi à propager de fausses informations et à manipuler l’opinion publique.

« La transparence est utile à tous » et « les gens doivent être en mesure de savoir qui est l’annonceur et de voir quelles annonces il a passé, en particulier pour celles qui sont de nature politique », fait valoir Rob Goldman, un responsable de Facebook, sur le site du groupe. « Ce niveau de transparence est bon pour la démocratie et pour le processus électoral », insiste-t-il.

>> A lire aussi : Au moins 23 millions d’Américains auraient vu des publicités achetées par la Russie sur Facebook

Les annonceurs publiant des messages politiques vont de plus être soumis à davantage de contrôle pour vérifier leur identité avant d’être autorisés à passer leurs annonces, dit aussi Facebook. Twitter a annoncé mardi des mesures similaires mais seulement sur les contenus sponsorisés à caractère politique. Plus discret sur le sujet, Google dit enquêter « sur des tentatives de détournement de (ses) systèmes ».