Selon le directeur numérique de sa campagne, Trump a gagné grâce à Facebook

ETATS-UNIS Brad Parscale a expliqué à CBS comment il avait misé sur le réseau social pour atteindre les électeurs dans les zones les plus rurales…

O. P.-V.

— 

Brad Parscale à la Trump Tower le 3 décembre 2016.
Brad Parscale à la Trump Tower le 3 décembre 2016. — SIPANY/SIPA

« Twitter servait à Trump pour parler aux gens, Facebook lui servait pour gagner. » La phrase est de Brad Parscale, directeur numérique de la campagne victorieuse de Donald Trump pour la présidence des Etats-Unis.

Que les réseaux sociaux aient joué un rôle essentiel dans le succès du milliardaire à l’automne 2016 n’est pas une nouveauté (les innombrables rapports sur l’abus de « fake news » en attestent), mais il en revanche plus inhabituel d’entendre le chef d’orchestre de cette stratégie la décrire en détail, comme l’a fait Brad Parscale auprès de CBS dans une émission diffusée ce dimanche soir aux Etats-Unis.

« Maintenant, Facebook vous permet de toucher 15 personnes dans le fin fond de la Floride pour lesquelles je n’aurais jamais acheté une publicité télé », explique-t-il à la journaliste Lesley Stahl. Parscale, spécialiste en stratégie numérique qui travaille pour Trump et ses différents business depuis 2011, assure avoir dépensé la majorité du budget de campagne prévu pour le Web en publicités sur Facebook.

>> A lire aussi : VIDEO. Sans les piratages russes et le FBI, «je serais présidente», affirme Hillary Clinton

En moyenne, 50 à 60 000 publicités différentes étaient affichées chaque jour sur le réseau social, jusqu’à 100 000 en période de pointe. Le directeur numérique illustre sa méthode pour accrocher le regard de l’internaute en zone rurale, là où Donald Trump a fait la différence sur Hillary Clinton : « J’ai commencé à faire des publicités montrant que le pont de la ville s’effondrait… C’est un micro-ciblage… Je peux trouver les 1500 personnes dans une ville qui se soucient des infrastructures. Et ce pourrait être des électeurs qui normalement votent le démocrate. »

Facebook a proposé ses services à Trump et Clinton

Ça, c’est pour la stratégie sur Facebook même. Tout aussi intéressante est son explication de la stratégie des équipes Trump vis-à-vis des développeurs de Facebook. Brad Parscale lâche que des employés du réseau social passaient plusieurs jours chaque semaine à son bureau pour lui montrer comment optimiser son utilisation du site. Des employés qui devaient nécessairement être pro-Trump, sur demande de Parscale lui-même, qui les appelait les « embeds » (les intégrés).

« Je veux savoir tout ce que vous diriez aux équipes de campagne de Clinton, et plus encore », assure-t-il avoir demandé. Mais le bras droit web de Donald Trump confesse aussi que l’entourage de la candidate démocrate a refusé les « embeds » : « J’ai entendu dire qu’ils n’avaient accepté aucune offre de Facebook ».

Dernier point d’ironie dans l’extrait diffusé par CBS, quand Brad Parscale donne son point de vue sur la victoire de Donald Trump grâce à un géant du Web : « Ces réseaux sociaux sont tous inventés par des gens très libéraux [au sens américain, progressiste] sur la côte ouest et la côte est. Et nous découvrons comment l’utiliser pour pousser des valeurs conservatrices. Je ne crois pas qu’ils pensaient que cela puisse se produire. »