L'étrange (et gênante) visite virtuelle de Mark Zuckerberg à Porto Rico

HIGH-TECH Un voyage en réalité virtuelle du créateur de Facebook sur l’île dévastée par des ouragans, a provoqué un tollé…

C.W.

— 

L'avatar de Mark Zuckerberg dans les rues de Porto Rico
L'avatar de Mark Zuckerberg dans les rues de Porto Rico — Capture d'écran Facebook Mark Zuckerberg

C’est ce qu’on appelle une « fausse bonne idée ». Lundi,Mark Zuckerberg et Rachel Franklin, responsable de la réalité virtuelle chez Facebook, ont effectué un voyage virtuel diffusé en direct sur le réseau social, afin de promouvoir « Spaces », un service de rencontres en réalité virtuelle. Les deux acolytes ont ainsi pu se rendre sur le toit du siège de Facebook, mais aussi dans les rues dévastées de Porto Rico…

>> A lire aussi: Sur Facebook, vous pouvez bloquer tout le monde... sauf le couple Zuckerberg

« Je suis désolé si j’ai blessé des gens »

Grace à Facebook Spaces, Mark Zuckerberg et Rachel Franklin ont démontré qu’il était désormais simple comme bonjour de découvrir la planète sans bouger de chez soi, grâce à un avatar. Mais si le duo espérait probablement un beau coup de projecteur sur ce service, ils ont surtout récolté un bad buzz. Dans une séquence de la vidéo diffusée en direct sur le réseau, on les découvre au cœur de Porto Rico, dévasté par l’ouragan Maria. « Les rues sont vraiment inondées », observe Mark Zuckerberg, « on se croirait vraiment sur place », ajoute Rachel Franklin, alors que des survivants de la catastrophe passent en arrière-plan.

Une séquence jugée « gênante », de « mauvais goût » ou encore « voyeurisme » par de nombreux internautes, tel que le rapporte RTL. Mardi, Mark Zuckerberg a d’ailleurs présenté ses excuses en réponse à l’un des commentaires de la vidéo.

« L’une des forces de la réalité virtuelle est sa capacité à générer de l’empathie. Mon but était de montrer comment la réalité virtuelle peut accélérer les prises de conscience et nous aider à voir ce qui se passe à différents endroits du monde. Je voulais aussi annoncer notre partenariat avec la Croix-Rouge. A la lecture des réactions, je comprends que ce n’était pas clair, et je suis désolé si j’ai blessé des gens », écrit-il.