Têtes de veau et flou artistique... La visite à Rungis d'Emmanuel Macron fait sourire

POLITIQUE Emmanuel Macron a rencontré ce mardi matin dès l'aurore les travailleurs du marché de Rungis...

Oihana Gabriel

— 

Emmanuel Macron, candidat d'En Marche a visité les entrepôts de Rungis mardi 18 avril 2017 dans la dernière ligne droite avant le premier tour des élections présidentielles.
Emmanuel Macron, candidat d'En Marche a visité les entrepôts de Rungis mardi 18 avril 2017 dans la dernière ligne droite avant le premier tour des élections présidentielles. — Philippe Wojazer/AP/SIPA

Dès 6h ce mardi matin, Emmanuel Macron s’affiche au milieu des têtes de veau à Rungis et aux côtés de ceux qui se lèvent tôt et travaillent dur au marché international. Car le candidat d’En Marche ! souhaite se poser en « Président du travail » pour cette dernière semaine de campagne avant le premier tour.

>> A lire aussi: On vous fait revivre le match des meetings de Macron et Le Pen à Paris

Enthousiasme et ironie

Bien accueilli, le candidat qui a fait le plein à Bercy lundi, a échangé avec des petits patrons bouchers, qui lui ont souvent parlé de leurs difficultés d’embauche malgré des « bons salaires ». Le candidat a également discuté avec des employés sur leurs conditions de travail, souvent de nuit, et dans le froid des entrepôts des grossistes.

« C’est ce qui est magnifique à Rungis : vous avez des gens qui ont commencé en poussant des chariots, il y a 20-30 ans, et qui se retrouvent aujourd’hui propriétaires de leur commerce et qui sont devenus des employeurs, parce qu’il y a ce système de promotion sociale », a fait valoir Emmanuel Macron. Qui est passé par la case triperie indispensable pour tous les candidats.

« La tête de veau, elle est de droite Et de gauche »

Mais si sur place, l’équipe de Macron affiche grands sourires et bon accueil, sur Twitter certains journalistes s’amusent à faire un peu d’humour. Notamment sur les positions mi-figue mi-raisin du candidat d’En Marche ! Les commerçants de Rungis ont leur façon à eux de saluer le candidat…

Et le journaliste du Monde de tacler lui aussi le candidat d’En Marche ! sur son expression favorite : « Et en même temps. »

« C’est un endroit où je pense que les idées que je porte sont comprises et entendues », a jugé le candidat. Reste à savoir quelles idées…

« Quand on récompense le travail, qu’on simplifie, qu’on baisse les charges, on permet aux gens par leur travail de devenir ce qu’ils n’étaient pas », a-t-il fait valoir, avant de poursuivre sa tournée électorale aux viandes et aux fruits et légumes. Mais le journaliste de l’émission Quotidien tacle sur cette façon d’encourager le travail du candidat Macron… qui ressemble étonnamment au slogan d’un autre homme politique.

>> A lire aussi: Les clips des candidats favoris décryptés par une sémiologue, une spécialiste pub et un prof de communication politique