Jean-Yves Lafesse contre Dailymotion et Google

INTERNET Le Tribunal de Grande Instance de Paris vient de rendre sa décision...

AA

— 

Jean-Yves Lafesse
Jean-Yves Lafesse — DR
Jean-Yves Lafesse débouté. Le tribunal de grande instance de Paris a rejeté mardi la plainte déposée par l’humoriste, qui demandait 4,1 millions d'euros à Dailymotion et Google (via Youtube) pour contrefaçon sur les vidéos portant son nom et diffusées sur ces sites. Il a en outre été condamné à verser dans chaque affaire 10.000 euros de frais de justice.

Ouf de soulagement
Soulagement du côté des plate-formes de partage. «C'est une très belle journée», sourit Giuseppe de Martino, directeur juridique de Dailymotion, joint par 20minutes.fr. «Depuis plusieurs mois, les plateformes communautaires de vidéos développent des solutions efficaces permettant de lutter contre la mise en ligne de contenus protégés par des droits d’auteur et reposant notamment, pour la diffusion de vidéos, sur la reconnaissance du contenu, explique un communiqué de l’ASIC (Association des services Internet communautaires, qui compte AOL, Price Minister, Yahoo, Google et Dailymotion). L’efficacité de ces outils est conditionnée à une coopération des titulaires de droits afin de signaler de façon précise les contenus litigieux et constituer pour l’avenir des bibliothèques d’empreintes numériques de référence.»
Or Jean-Yves Lafesse n'aurait jamais voulu nous donner les empreintes numériques de ses oeuvres, souligne Dailymotion, car il nous considère comme un site de «pirates.»

Cette décision constitue-t-elle un tournant?
Le 22 juin dernier, MySpace avait été condamné à verser 61.000 euros à l'humoriste Jean-Yves Lambert, dit Lafesse, pour avoir laissé diffuser gratuitement ses sketches sans son autorisation. Pourtant, difficile de conclure à un revirement de la justice en faveur des sites communautaires. Et pour cause, la situation est complètement différente, car à l'époque, MySpace n'avait pu prendre connaissance de son assignation en justice à cause d'un cafouillage au service courrier et ne s'était donc pas rendu au procès.