Une nouvelle coquille de Najat Vallaud-Belkacem fait rire la twittosphère

ORTHOGRAPHE La ministre de l'Education nationale se fait épingler sur le réseau social pour une petite coquille laissée dans un Livre d'or...

O. G.

— 

Najat Vallaud-Belkacem lors du Conseil des ministres, le 14 décembre 2016, devant l'Elysée.
Najat Vallaud-Belkacem lors du Conseil des ministres, le 14 décembre 2016, devant l'Elysée. — SIPA

Un manque de professionnalisme ? Najat Vallaud-Belkacem fait glousser la Toile avec une petite coquille. Vendredi 13 janvier, alors qu’elle rendait visite aux gendarmes de Tulle, elle a laissé une dédicace dans le livre d’or de l’école de gendarmerie du fief de François Hollande.

Une coquille dans le Livre d’or

« A toutes les équipes de l’école de gendarmerie de Tulle, mille mercis pour votre engagement aux côtés de nos personnels de l’Éducation. Votre expertise, votre professionalisme (sic) impressionnant nous sont plus que précieux. Amitiés, Najat Vallaud-Belkacem. » La ministre de l’Education a donc malencontreusement oublié un « n » à ce mot, comme l’a repéré le quotidien La Montagne.

Ce qui n’a pas échappé non plus aux internautes. Et certains s’amusent à critiquer le professionnalisme de la ministre de l’Education nationale.

Les précédentes coquilles

Le twittos Brunozzz saute sur l’occasion pour rappeler les petites bourdes de la ministre. Qui avait déjà publié quelques tweets en oubliant quelques principes de grammaire en évoquant le PSG qui a fait « rêvé » (au lieu de « rêver ») et le rouge qui « tâche » (au lieu de « qui tache »).

Réforme de l’orthographe

Et si certains se moquent de la maîtrise partielle des règles de base de l’orthographe française de la ministre, d’autres reviennent sur la polémique sur la réforme de l’orthographe.

En effet, depuis septembre 2016, environ 2 400 mots de la langue française ont été « rectifiés ». Mais le ministère a remis les points sur les i : non, ce n’est pas Najat Vallaud-Belkacem qui a décidé qu’on pourrait désormais écrire « péséta », « pingpong » ou « pédigrée »  (même si l’ancienne orthographe reste correcte), mais l’Académie française qui a adopté ces changements… en 1990 !

>> A lire aussi : VIDEO. Que préconise la réforme de l’orthographe ?