Le forum 18-25 de JeuxVidéos.com pointé du doigt pour des cas de cyberharcèlement

INTERNET Réunies sous le hashtag #HelloJVC, de nombreuses femmes racontent leur cyberharcèlement…

R.L.
— 
Une femme sur Internet (illustration).
Une femme sur Internet (illustration). — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Elle dit subir un cyberharcèlement acharné. Flo Marandet, soutien des Femen et militante féministe active sur les réseaux sociaux s’est confiée à LCI sur ce qu’elle vit depuis plusieurs mois sur Internet.

« Ça virait à l’obsession malsaine »

« Ça a commencé en juillet dernier. Pendant l’été, j’ai constaté plusieurs actions anti-féministes sur mon mur Facebook. J’ai reçu des messages par dizaines. Ils ont vite dégénéré en menaces de viol. En novembre, comme ça ne cessait pas, j’ai porté plainte auprès du procureur de la République de Besançon pour harcèlement, calomnie et menaces », raconte-t-elle. La situation ne cesse de dégénérer.

Elle poursuit : « L’un de mes harceleurs s’est mis à contacter mes amis Facebook, mes proches. Ça virait à l’obsession malsaine », dit-elle. « Et puis en décembre, j’ai reçu des menaces de mort sur mon conjoint et moi, des menaces de mutilation. Le 18 décembre dernier, quelqu’un s’est même vanté d’offrir son RSA à celui qui voulait me tuer ». Derrière ces « raids », un forum est pointé du doigt. « Des proches m’envoient régulièrement des captures d’écran de gens qui m’insultent ou se vantent de m’avoir harcelée. Elles viennent toutes du forum 18-25 ans de Jeuxvideo.com ».

« Nous regrettons et condamnons la tenue de tels propos »

Réunies sous le hashtag #HelloJVC, de nombreuses femmes ont aussi raconté leur expérience. Et selon LCI, toutes assurent être les cibles de certains membres du forum 18-25 de jeuxvideo.com et ce depuis des mois, voire des années.



Contacté par le site Internet de la chaîne, Cédric Page, directeur général en charge de l’activité jeux vidéo au sein de Webedia, société éditrice du forum en question, s’explique. « Nous avons un système de modération qui permet à nos équipes de surveiller les propos tenus sur les forums et de les supprimer de manière proactive quand cela s’avère nécessaire », explique-t-il.

« Nous regrettons et condamnons la tenue de tels propos, qui ne reflètent en rien la très grande majorité des échanges sur nos forums. Ils n’y ont pas leur place. Nous mettons en place des veilles spécifiques sur les discussions sensibles ou sur les intervenants qui proféreraient des propos déplacés ou malveillants. », ajoute-t-il précisant qu’il y a « transmission d’informations aux forces de l’ordre en cas de menaces ou de propos très graves ».

« Il est vrai que certains topics sont supprimés » précise à LCI une femme victime de cyberharcèlement. « Mais beaucoup restent en ligne… et leurs insultes avec », ajoute-t-elle.