Passer la nuit chez Ikea: Le nouveau challenge web qui agace le géant suédois

WEB Le récit de deux adolescents ayant réussi à passer la nuit dans l'un des magasins belges de l'enseigne semble faire des émules...

A.B.

— 

Sur un parking Ikea.
Sur un parking Ikea. — Chamussy / SIPA

Passeriez-vous la nuit chez Ikea ? C’est la derrière mode qui fait des émules : le sleepover à Ikea, consistant, comme son nom le laisse deviner, à se laisser enfermer dans un magasin jusqu’à l’ouverture des portes le lendemain. Mais la manœuvre n’est pas du tout au goût du groupe suédois.

« Nous voulions faire un truc un peu dingue »

Il faut dire que depuis que Bram et Florian, deux étudiants belges, ont filmé et diffusé sur YouTube leur nuit passée l’été dernier dans un magasin d’Ikea de Gand, nombreux sont ceux qui se verraient bien leur emboîter le pas. Leur vidéo « Deux idiots, une nuit à Ikea », détaille onze minutes de leurs pérégrinations dans le grand magasin. Un récit filmé qui affiche près de 1,9 million de vues.

« Nous voulions faire un truc un peu dingue après avoir obtenu notre baccalauréat », a expliqué Bram Geirnaert. Enfermés des heures durant dans des toilettes exiguës, les clandestins se sont aventurés dans les travées du magasin une fois assurés du départ du personnel de ménage. « On n’est pas allé loin parce qu’on craignait d’activer des détecteurs de mouvement », reconnaît cependant Bram. Installésdans un large lit, « on était trop nerveux pour dormir. On se réveillait au moindre courant d’air, au moindre bruit ».

« Risquer ensuite d’avoir des problèmes avec la justice »

A l’ouverture le lendemain matin, Bram Geirnaert et Florian Van Hecke prennent tranquillement le chemin de la sortie, saluent le personnel sans être inquiétés. D’autres n’ont pas eu la même chance : deux adolescentes de Jönköping (sud de la Suède) ont été prises en flagrant délit le week-end du 17 décembre. Mineures, elles ne seront pas poursuivies mais à l’avenir, les visiteurs du soir encourent la colère noire d’Ikea, prévient Jakob Holmström, porte-parole du numéro 1 mondial de l’ameublement.

« Nous espérons avoir vu le début de la fin » de cette tendance « dont l’aspect drolatique est très exagéré », déclare-t-il. Le jeu, à l’entendre, n’en vaut pas la chandelle : « passer une longue nuit immobile pour risquer ensuite d’avoir des problèmes avec la justice », résume-t-il. Bram Geirnaert et Florian Van Hecke eux-mêmes ne poussent pas au crime. « Ikea ne nous a pas contactés personnellement, nous avons lu dans la presse qu’ils trouvaient cela drôle, pour cette fois, mais ils ne voulaient pas que ça se répète », raconte le premier. De fait, insiste Jakob Holmström, « on ne pourrait pas venir au secours (des intrus) s’ils ne parvenaient pas à sortir » et qu’un incendie se déclenchait, par exemple. Quoi qu’il en soit, ce genre d’intrusions est un « délit grave » passible de poursuites judiciaires, rappelle-t-il.

Malgré cela, certains se laisseraient bien tenter par le challenge. Sur Twitter, l’idée semble séduire de nombreux internautes depuis plusieurs mois.

Parfois, l’enseigne prend même le soin de dissuader ceux qui se verraient clients clandestins d’une nuit. « Petit-déj à 1,50 livre à Ikea et une infusion gratuite avec ma carte famille ! Puis-je vivre ici ? », plaisante une internaute britannique. « Vous pourriez essayer mais on n’enferme pas les gens dans nos magasins », répond la firme suédoise, à qui l’internaute rétorque qu’avec les lits de l’enseigne, la tentation du sleepover est forte.

Mais ce parfum de transgression chatouille l’audace de certains internautes. « Ikea disant de ne pas s’introduire en secret dans leurs magasins pour y passer la nuit me donne envie dre m’introduire en secret dans leurs magasins pour y passer la nuit », plaisante une twittos.

« Ikea lance un avertissement aux adolescents pour les dissuader de dormir en douce dans leurs magasins, et maintenant il y en a un million qui se disent "ummm c’est possible de dormir en douce dans leurs magasins" », s’esclaffe une autre.

« L’un des buts de ma vie est de passer une nuit à Ikea, ce doit être tellement marrant », twette justement une adolescente.

Début décembre, un couple a tenté de passer la nuit dans le magasin Ikea de Pékin. Le duo s’est planqué dans une armoire, avant de se faire pincer par les agents de sécurité.

En Chine, l’enseigne familiale jaune et bleue est également confrontée aux dormeurs diurnes qui font un détour à l’heure de la sieste pour s’assoupir dans les lits et canapés d’exposition, ou même pour faire dormir leur bébé.