C'est la grande confusion autour des voitures autonomes de Google

TECHNOLOGIE Sa maison mère Alphabet crée l'entreprise indépendante Waymo pour centraliser ses efforts...

P.B. avec AFP

— 

Une voiture autonome Google Car à Mountain View, en Californie, le 8 janvier 2016.
Une voiture autonome Google Car à Mountain View, en Californie, le 8 janvier 2016. — Noah Berger / AFP

La Google Car est-elle morte ? Ce n’est pas vraiment clair. Mardi, le groupe Alphabet, maison mère de Google, a annoncé qu’il donnait son indépendance à sa division en charge de développer les voitures autonomes en créant l’entreprise Waymo. Alors que le site The Information affirme que Google a abandonné l’idée de construire sa propre citadine sans chauffeur, il semble que la nouvelle structure se concentrera sur la technologie et des partenariats.

Selon Bloomberg, Waymo pourrait lancer un service de VTC autonome en partenariat avec Fiat-Chrysler d’ici fin 2017, venant ainsi concurrencer Uber. Pour lors d’une conférence, mardi, l’entreprise n’a rien annoncé.

Un ancien de Hyundai au volant

« C’est un signe que la technologie est arrivée à maturité », explique John Krafick, le patron de Waymo, qui était auparavant responsable du projet de la technologie autonome développé depuis environ sept ans par Google. « On peut imaginer que notre technologie peut être utilisée dans des voitures de particuliers, l’autopartage » et dans les transports publics, a énuméré Krafick, ancien patron de Hyundai Amérique du Nord.

Pionnier du secteur, Google s’est récemment fait dépasser par Tesla, qui mise sur un mode d’assistance semi-autonome, et Uber, qui teste une flotte de véhicules à Pittsburgh, avec des ingénieurs à bord capables reprendre le contrôle en cas de problème.