Silent Hill Origins : le test sur PSP

TEST Préparez vous à avoir peur

Louis De La Tousche

— 

Silent Hill Origins
Silent Hill Origins — DR
Silent Hill Origins

Le survival horror s'empare de la PSP, et c'est le brouillard de silent hill qui a choisi de s'inviter sur l'écran 16/9 de la console portable de Sony. Après un quatrième épisode assez mal accueilli par les joueurs, le jeu a-t-il réussi a imposé son ambiance pesante et angoissante sur un écran si petit?

Une petite ville sur une carte...

Alors qu'il conduit son camion à destination, Travis O'Grady choisit de passer par la ville de Silent Hill pour arriver plus vite à bon port. Sous la pluie battante, une petite fille surgit dans le brouillard, forçant Travis à s'arrêter puis à suivre celle-ci jusqu'à une maison enflammée... Comme le feront plus tard les héros des épisodes 1 et 3, Travis se retrouve donc dans la ville tourmentée par des évènements bien étranges.
Il y découvre avec joie les monstres peuplant les rues et bâtiments de Silent Hill. Pour se tirer d'affaire il se sert de tout ce qui lui passe sous la main, de ses poings au démonte-pneu. A la Dead Rising, on peu donc ramasser pas mal d'éléments du décor en plus des armes à feu, pour s'en servir comme arme plus ou moins efficaces mais pas incassable.

Achever définitivement un ennemi nécessitant de se mettre en mode exploration, on se retrouve souvent assailli par un autre monstre, laissant l'opportunité à celui laissé à terre de se remettre sur ses pattes pour prêter main forte à son sauveur. Un défaut souvent synonyme de game over, donc très rageant.

Des ténèbres plein les yeux

Graphiquement parlant, ce jeu se classe clairement parmi les plus beaux de la PSP. Cela permet de retranscrire parfaitement le malaise angoissant imposé par la visite de Silent Hill. Les effets de lumière et d'ombre sont sublimes, mais c’est surtout le brouillard qui impressionnera autant qu’il vous cachera la vue. Bon point pour la gestion de la profondeur de champ: on ne voit quasiment jamais une partie des décors s'afficher au loin d'un coup comme cela peut arriver entre autres sur un GTA. En revanche la caméra pose un véritable problème : étant fixe, le champ est parfois occulté par le personnage. On a déjà vu plus pratique.

Marche funèbre


Si les graphismes posent l'angoisse de ne pas voir ce qui va arriver 5 mètres plus loin, la musique et les bruitages nous mettent l'ouïe à vif. Il n'est pas rare de prendre ses bruits de pas pour ceux d'un zombie
voulant nous dévorer tout cru. La musique composée par Akira Yamaoka impose un rythme oppressant, et est un véritable hymne à l'épouvante. A passer en boucle pour votre prochaine halloween Party!
Pour peu que vous jouiez dans le noir et avec casque, vous serez soulagé d'apprendre que le jeu se boucle en 4-6 heures. Une fois le soft fini une première fois, il sera possible de rejouer pour débloquer différents succès et bonus, ainsi que deux nouvelles fins, une mauvaise et une impliquant des extra terrestres comme tout bon «Silent Hill» l'impose. Mais le jeu se bouclant de plus en plus vite à chaque tentative, pour un intérêt qui reste réduit, les fans de frissons finiront par déplorer cette faible durée de vie, qui constitue le plus gros point faible du titre.
Note : 8/10
Prix : 40 €
Sortie : 15 Novembre 2007
Durée de vie : 4 à 6 heures
Interdit aux - de 18 ans