Le retour du livre électronique?

— 

Après Sony et Philips, deux sociétés qui avaient déjà cogité pour inventer le livre de demain dans les années 2000, Amazon et Google se lancent à l'assaut de l’e-book.

Amazon proposera, dès octobre, un lecteur portable noir et blanc baptisé «Kindle», un écran plat de la même taille qu’un livre, pour 400 à 500 dollars, selon le «New York Times». L’appareil pourra se connecter sans fil à Internet et télécharger des livres et des journaux comme «Le Monde», le «New York Times» et le «Wall Street Journal» sur le site d'Amazon, tel un iPod connecté à la plate-forme musicale iTunes.
 
De son côté, Google, qui depuis des mois scanne des centaines de milliers de livres pour créer une bibliothèque électronique mondiale, va lancer un service payant pour le téléchargement complet de certains livres, en partageant les revenus avec les éditeurs. Jusqu'ici, pour les livres sous copyright, seuls des extraits étaient consultables sur le nouveau moteur de recherche de livre de Google, Google Books.
 
L’arrivée de ces deux noms va-t-il booster la portée du livre électronique? Jusqu’à présent, les tentatives se sont soldées par des échecs. Concurrence des assistants personnels (PDA), prix élevé des appareils, offre trop restreinte à cause de négociation ardue avec les maisons d’édition: les raisons sont nombreuses pour expliquer ces ratés commerciales.

Quant à Philips, il continue l’aventure: en mai dernier, l’entreprise a lancé une feuille électronique de format A4 qui pourrait constituer un support pour recevoir divers journaux et livres.