Etats-Unis: La nouvelle Barbie jugée trop bavarde pour la sécurité en ligne

PROTECTION DES DONNEES Cette version high-tech de la célèbre poupée se connecte à internet via Wifi ou Bluetooth afin de pouvoir échanger avec l'enfant...

20 Minutes avec agences

— 

Une poupée Barbie commercialisée par Mattel.
Une poupée Barbie commercialisée par Mattel. — JAUBERT/SIPA

Et si Barbie était une espionne pour les pirates informatiques ? La nouvelle poupée du groupe Mattel « Hello Barbie » écoute et parle aux enfants grâce à une connexion internet.

Et elle risque d’être trop bavarde face à certains interlocuteurs malintentionnés, s’inquiète Commercial-Free Childhood, un groupe américain de protection de l’enfance. Dotée d’un micro et d’un haut-parleur, cette version high-tech se connecte à internet via Wifi ou Bluetooth afin de pouvoir échanger avec l’enfant.

Les échanges avec l’enfant enregistrés

« Tout ce que votre enfant dit est transmis à des serveurs distants où tout sera stocké et analysé par ToyTalk, le partenaire technologique de Mattel. Les employés de ToyTalk et les sociétés partenaires écoutent les enregistrements des conversations de vos enfants, or ToyTalk ne veut même pas révéler qui sont ces partenaires », explique Commercial-Free Childhood dans un communiqué.

Hello Barbie « pourrait représenter une cible tentante pour les pirates informatiques, qui pourraient accéder à travers la poupée à des données conservées par votre famille sur des appareils et des réseaux domestiques » selon l’organisme.

ToyTalk rassure

ToyTalk assure de son côté que « de nombreuses options de sécurité ont été intégrées » dans la poupée. Une polémique était déjà née en février concernant ce modèle.

Avec « Hello Barbie », qui sera disponible aux Etats-Unis début décembre, le groupe américain Mattel espère retrouver une place de choix sous les sapins. Les ventes de la célèbre poupée baissent depuis trois ans et devraient tomber sous le milliard de dollars cette année. « Hello Barbie » est donc perçu comme étant le produit de la reconquête de Mattel face la concurrence.