Fibre optique: Free attaque Numericable-SFR pour «concurrence déloyale»

JUSTICE L'opérateur de Xavier Niel souhaiterait que son concurrent cesse de parler de fibre optique pour commercialiser ses offres «très haut débit»...

20 Minutes avec agence

— 

Le logo de Free au siège du groupe Iliad à Paris, le 10 mars 2014
Le logo de Free au siège du groupe Iliad à Paris, le 10 mars 2014 — Eric Piermont AFP

Free s’attaque aux pratiques de ses rivaux, Numericable-SFR en tête. Selon L’Express, l’opérateur de télécommunication a porté plainte cet été contre son rival pour « concurrence déloyale ». Free jugerait « trompeuse » la publicité du câblo-opérateur vantant les mérites de son « très haut débit ».

>> A lire ici : Free : La guerre de la concurrence fait rage devant les tribunaux

Pour l’opérateur de Xavier Niel (Iliad), quand Numericable-SFR évoque son « très haut débit », il ne s’agit pas à proprement parler de fibre optique. Si celle-ci arrive bien jusqu’à l’immeuble de l’abonné, ensuite le signal chemine par des câbles coaxiaux déjà existants et non de la fibre optique fraîchement posée. On parle alors de fibre « FTTB », une norme utilisée par Numericable avant qu’il ne rachète SFR.

Normes et règles du jeu

Free ou Orange, les acteurs les plus dynamiques sur le marché de la fibre, préfèrent, eux, la norme « FFTH ». Une fois que la fibre optique arrive au pied de l’immeuble, ces deux opérateurs l’emmènent jusqu’à l’abonné. L’installation est donc plus coûteuse et plus longue, car il faut opérer des travaux et les syndics doivent être consultés, souligne Free. Sans compter que les débits sont largement plus élevés avec cette norme qu’avec le FTTB commercialisé par Numericable-SFR.

Sébastien Soriano, le président de l’Arcep (gendarme des télécoms), n’est pas loin de rejoindre l’avis de Free. « Je m’interroge sur le fait que certains opérateurs puissent utiliser le mot de "fibre optique" de manière très libre, sans qu’il y ait de règles du jeu claires qui soient posées », avait-il déclaré lors du forum « Telco & Digital » des Echos.

>> A lire ici : Bouygues Telecom réclame 53 millions d’euros à Numericable-SFR

Orange contre Patrick Drahi

Pour rappel, ça n’est pas la première fois que Numericable-SFR excite ses concurrents. En février dernier, Orange aurait transmis une note blanche à la DGCCRF (répression des fraudes) dans laquelle l’opérateur se plaignait déjà de la campagne publicitaire de son rival détenu par le milliardaire Patrick Drahi.

Interrogés sur cette action en justice, Iliad, la maison mère de Free, et Numericable-SFR, n’ont pas souhaité faire de commentaires.