VIDEO. Google va devenir la filiale d'une nouvelle structure baptisée Alphabet

WEB L'entreprise annonce une réorganisation majeure...

Philippe Berry

— 

Le siège de Google à Mountain View en Californie.
Le siège de Google à Mountain View en Californie. — SUSANA BATES / AFP

Non, il ne s’agit pas d’un poisson d’avril estival. Lundi, Google a annoncé qu’il réorganisait sa structure. Un nouveau conglomérat baptisé Alphabet est créé, et Google en devient une simple filiale. Les actions de Google Inc seront converties en des titres d’Alphabet Inc mais le code à Wall Street restera « GOOG » et « GOOGL » pour éviter la confusion.

La hiérarchie change également. Le patron actuel de Google, Larry Page, devient directeur général (CEO) d’Alphabet. Son compère Sergey Brin, avec qui il a fondé l’entreprise en 1998, sera le président. Et l’homme fort de Chrome et Android, Sundar Pichai, est promu directeur général de la filiale Google.

Alpha-Bet

« Ne vous inquiétez pas, on s’habitue toujours au nom », écrit Larry Page. « Nous l’avons choisi car l’alphabet représente le langage, une des innovations les plus importantes de l’humanité, et c’est le coeur de l’activité d’indexation de la recherche Google. C’est aussi alpha-bet (un pari sur la version alpha, ndr). »

Page explique la raison de ce changement. « Comme nous l’avons expliqué aux investisseurs, Google n’est pas une entreprise classique. Nous n’avons pas l’intention d’en devenir une. Sur le long terme, les entreprises finissent par se reposer sur leurs lauriers. Google fonctionne bien aujourd’hui mais nous pensons pouvoir être encore plus efficaces. »

Internet, santé, investissement, recherche…

Concrètement, la holding Alphabet permet de chapeauter plusieurs branches séparées : Google (qui rassemble toujours la recherche et la publicité, Android, Chrome, YouTube et Maps, notamment) mais aussi Calico, une division santé qui cherche à allonger la durée de vie, les objets connectés de Nest, le bras investissement Ventures & Capital ou encore le labo de recherche, X.

L’annonce a été bien accueillie par le marché, qui espère une gestion plus efficace du nouveau groupe : l’action Google grimpait de 5 % après clôture.