Yahoo! revient aux sources pour rivaliser avec Google

AA

— 

Yahoo! a appelé l'un de ses confondateurs, Jerry Yang, pour reprendre les commandes du géant d'internet, son PDG Terry Semel s'étant montré incapable de redresser la barre depuis deux ans et le groupe prenant toujours du retard sur Google.
Yahoo! a appelé l'un de ses confondateurs, Jerry Yang, pour reprendre les commandes du géant d'internet, son PDG Terry Semel s'étant montré incapable de redresser la barre depuis deux ans et le groupe prenant toujours du retard sur Google. — Tony Avelar AFP/Archives

Changement de capitaine à la direction du géant du Net Yahoo!. Jerry Yang, 38 ans, et co-fondateur du site, va prendre la place de l’actuel PDG, Terry Semel, lequel n’a, selon toute vraisemblance, pas fait ses preuves. Celui-ci, aux commandes depuis six ans et grassement payé (avec près de 80 millions de dollars annuels, essentiellement en stock-options, il compte parmi les plus gros salaires de PDG américains), ne sera plus que président non-exécutif.

Sa fortune personnelle de 2,2 milliards de dollars selon le magazine «Forbes» fait jaser. Mais on lui reproche surtout de n’avoir pas su faire face à la progression de Google.

Yahoo! VS Google


Yahoo! est en effet en perte de vitesse depuis deux ans. Le groupe a vu son bénéfice net chuter de près de moitié en 2006, et à nouveau reculer de 11% au premier trimestre. Quant à Google, il rafle un peu plus de 30% des recettes publicitaires contre 20% pour Yahoo! selon différents cabinets d'analystes, alors que Yahoo! et Google étaient encore à égalité il y a deux ans.

Là où Google a aussi une large avance sur Yahoo!, c’est en termes d’image. Google possède des locaux de rêve dans la Silicon Valley et des employés heureux qui se disent ravis de faire un plouf dans la piscine du «campus» entre deux clics, mène des partenariats qui soignent son image de géant soucieux de l’avenir de la planète, en parrainant notamment des missions estampillées développement durable. Dernière idée en date: Google finance la recherche de cette voiture électrique rechargeable par simple prise.

Changement de cap ou retour aux sources?


«Il est temps d'avoir un nouveau capitaine à la barre, disposant de capacités et de forces différentes, qui réalise pleinement le potentiel (de Yahoo !); c'est ce qu'il faut faire et c'est le bon moment pour cela», a déclaré Semel à Reuters. Et de fait, son remplaçant Jerry Yang a du flair: en 1995, il a cofondé à l'âge de 26 ans avec David Filo le portail Yahoo!, un an après avoir démarré un simple annuaire sur le web.

Dans une note intitulée My new job (mon nouveau boulot), le nouveau PDG de Yahoo! livre sa vision: il rêve d’un «Yahoo! qui soit un moteur de recherche rapide, claire et discipliné (…), un Yahoo! qui parvienne à mieux monétiser son audience, un Yahoo! qui soit davantage porté sur ce qui importe à ses utilisateurs, ses clients et ses employés (...) Internet est encore jeune et les opportunités pour avancer sont énormes, je suis prêt à soutenir nos 12.000 Yahoo dans le monde entier pour les aider à grandir».

Revenir aux fondamentaux sera-t-il le ticket gagnant? L’annonce de cette refonte a au moins dopé le titre, qui gagnait 2,95% à 28,95 dollars vers 21h15 GMT dans les échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

Dites-nous ce que vous pensez de Google et Yahoo! en cliquant ici...