Grooveshark condamné: La fin du service de streaming?

HIGH-TECH Le site de streaming musical poursuivi par les majors depuis plusieurs années vient d’être condamné pour violation de droits d’auteurs…  

A.L.

— 

Grooveshark condamné pour
Grooveshark condamné pour — Grooveshark

C’est une victoire très importante pour l’industrie de la musique. Un tribunal fédéral de New York a condamné pour violation de droits d’auteurs Grooveshark, le site de streaming musical, rapporte le New York Times.

Moins populaire aujourd’hui depuis l’arrivée des plateformes de streaming comme Spotify ou, en France, Deezer, Grooveshark s’est construit un public très solide au fil des années, avec 35 millions d’utilisateurs revendiqués en 2011.

«Contrefaçon massive»

Depuis 2011, la plateforme était engagée dans une bataille judiciaire avec les majors qui lui reprochaient de jouer avec la légalité du service, car la particularité de Grooveshark était de permettre à ses utilisateurs d'uploader eux-mêmes des musiques. Ce qui augmentait considérablement la richesse du catalogue, et donc l'attractivité du service, mais n'empêchait pas en amont la mise à disposition, par certains utilisateurs, d'oeuvres protégées.

Grooveshark prétendait supprimer les contenus, mais des e-mails saisis par les enquêteurs ont montré que les fondateurs et des employés du site avaient eux-mêmes mis en ligne des morceaux protégés (5.977 morceaux au total) en créant de faux comptes. Grooveshark a été reconnu coupable de «contrefaçon massive», ce qui «met l'avenir du site en suspens», juge le New York Times