L’iPhone 6 va devenir «le téléphone préféré des pédophiles» selon la police

HIGH-TECH La sécurité renforcée de l’iPhone 6 inquiète le FBI et la CIA, qui auront plus de difficultés à recueillir des informations…

A.L.

— 

Un client d'Apple montre son nouvel iPhone 6, le 19 septembre 2014 après l'avoir acheté dans un magasin à Pasadena, en Californie
Un client d'Apple montre son nouvel iPhone 6, le 19 septembre 2014 après l'avoir acheté dans un magasin à Pasadena, en Californie — Robyn Beck AFP

Apple s’en félicite: «contrairement à nos concurrents, nous ne pouvons pas accéder à votre mot de passe, et donc accéder à vos données personnelles.» La sécurité de l’iPhone 6 a été renforcée, pour mieux protéger la vie privée des utilisateurs, en réponse au scandale Prism qui avait révélé la collaboration des géants d’Internet comme Apple avec les autorités américaines.

«Il est donc techniquement impossible pour nous de répondre aux demandes des autorités souhaitant récupérer des informations d'appareils utilisant iOS 8», poursuit Apple. Comprenez: ni la police, ni le FBI, ni la CIA ne peuvent réclamer vos données.

«Les terroristes vont en profiter»

Un motif d'inquiétude pour le directeur du FBI James Comey: c'est, selon lui, un moyen «d’agir au-dessus des lois». «Les terroristes vont vite profiter de ce système», s'alarme une autre source du FBI auprès du New York Times. 

Le chef du département d'enquête de la police de Chicago va plus loin: «L'iPhone va devenir le téléphone préféré des pédophiles». 

L'amélioration du chiffrage des données personnelles est un obstacle toutefois largement surmontable pour les autorités, tempère Mashable. Le scandale récent des photos de stars ayant fuité sur 4chan a rappelé la porosité du cloud, service informatique dématérialisé qui consiste à stocker des informations sur des ordinateurs distants.

«Si le chiffrement empêche la police de résoudre des crimes, comment travaillait-elle avant l'invention des smartphones? Quelqu'un s'en souvient?», ironise sur Twitter Matt Blaze, un professeur de l'université de Pennsylvanie spécialisé dans la sécurité en ligne.

>> Photos piratées de stars: Tous les utilisateurs de clouds doivent-ils être inquiets?