Yahoo menacé d'une amende pour livrer des données personnelles

INTERNET Le secret judiciaire vient d'être levé...

Philippe Berry

— 

Des experts à leur poste au Centre d'opérations des menaces à l'agence américaine de renseignement NSA le 25 janvier 2006 à Fort Mead, dans le Maryland
Des experts à leur poste au Centre d'opérations des menaces à l'agence américaine de renseignement NSA le 25 janvier 2006 à Fort Mead, dans le Maryland — Paul J. Richards AFP

On savait déjà que le gouvernement américain avait agité une carotte financière pour obtenir la collaboration des géants du Net dans sa surveillance massive du réseau. Jeudi, on a appris qu'il avait aussi joué du bâton: en 2008, Yahoo avait été menacé d'une amende journalière de 250.000 dollars s'il refusait de s'exécuter.

Plus de 1.500 pages de procès verbaux ont été rendues publiques, jeudi, dans un souci de transparence autour du fonctionnement de la nébuleuse cour spéciale FISA. Non seulement cette dernière pouvait menacer les entreprises, mais elle était en mesure d'imposer une loi du silence sur ses décisions.

Le cryptage se généralise

«Les documents montrent comment nous avons du combattre chaque jour les efforts du gouvernement américain pour sa surveillance», écrit l'avocat en chef de Yahoo, Ron Bell.

Yahoo –et tous les autres– avaient finalement obtempéré. Le programme PRISM, interrompu en 2011, permettait à la NSA d'intercepter à la volée le trafic Web et de le stocker indéfiniment grâce à du matériel réseau modifié. Depuis les révélations de l'ex-analyste Edward Snowden, les géants du Web ont musclé leurs défenses, notamment en adoptant des techniques pour crypter les données.