Prendre son avion devient simple comme un coup de fil

INNOVATION Des clients d’Air France expérimentent une nouvelle application leur permettant d’embarquer plus facilement…

Beatrice Colin

— 

Hall d'embarquement de l'aéroport Toulouse-Blagnac
Hall d'embarquement de l'aéroport Toulouse-Blagnac — Frederic Scheiber / 20 Minutes

Et si demain, un simple smartphone devenait le sésame pour prendre son avion? Les habitués des aéroports en sont déjà convaincus, ils ont laissé tomber depuis belle lurette la carte d’embarquement papier. Mais ils doivent encore fouiller dans leur sac pour récupérer leur téléphone et retrouver leur réservation.

Demain, il suffira de passer simplement son portable devant un lecteur, sans qu’il soit nécessairement allumé, pour pouvoir embarquer. Un peu comme on valide son pass Navigo à l’entrée du métro.

300 clients testeurs

Durant six mois, 300 clients d’Air France vont tester grâce à leur smartphone équipé de la technologie NFC (sans contact) un système de ce genre sur la ligne entre Toulouse-Blagnac et Orly. La compagnie a créé une application Touch & Pass qui permet de stocker ses cartes d’embarquement et elle s’est associée pour mettre en place cette première européenne à Orange, SITA, l’aéroport Toulouse-Blagnac et RESA.

Objectif: «accélérer et faciliter le parcours des clients à l’aéroport. Il pourra, de façon simple et rapide, franchir les contrôles de sécurité, accéder au salon et embarquer.
La carte d’embarquement sera lue automatiquement, même si le téléphone est verrouillé ou si la batterie est déchargée. Lorsqu’il y a plusieurs cartes d’embarquement sur un même téléphone, la borne RESA reconnaît la carte d’embarquement correspondant au vol», indique la compagnie.

Gain de temps

A l’aéroport de Blagnac, les voyageurs cobayes peuvent ainsi accéder à une file dédiée lors de lors passage au poste de contrôle-sécurité. «C’est simple et cela va permettre de gagner encore un peu de temps», estime Franck Duvert, un des clients utilisateurs. Ce Toulousain prend la navette pour Orly au moins une fois par mois et voit d’un bon œil tout ce qui peut faciliter le confort du voyageur… même s’il reconnaît que lorsqu’il a essayé Touch & Pass la première fois, cela n’a pas fonctionné. Un petit retard à l’allumage.