Mark Karpelès, le président de la plate-forme d’échange MtGox, revient sur la disparition de 650.000 bitcoins

HIGH TECH Il ne s’était guère exprimé en public depuis la disparition en février des bitcoins de 127.000 personnes, qui a mené à la liquidation de sa société fin avril...

M.C.

— 

Mark Karpèles, le PDG français de l'entreprise japonaise Tibanne, propriétaire du site d'échange de bitcoins MtGox.
Mark Karpèles, le PDG français de l'entreprise japonaise Tibanne, propriétaire du site d'échange de bitcoins MtGox. — TIBANNE

Mark Karpelès est sorti du silence, quatre mois après la perte de 650.000 bitcoins par sa société. Le Français, qui est toujours officiellement président de MtGox, l’une des plates-formes «historiques» d’échange de la monnaie virtuelle basée à Tokyo, ne s’était guère exprimé en public depuis la disparition en février des bitcoins de 127.000 personnes, qui a mené à la liquidation de la société fin avril.

Jeudi, dans une interview exclusive au Wall Street Journal,  il revient sur l’affaire et raconte qu’il était «effrayé, frustré et en colère», et que la perte des bitcoins – dont la valeur au cours de vendredi était d’environ 365 millions d’euros – l’a «empêché de dormir pendant bien des jours».

«Certains disent que j’ai encore des bitcoins ou un yacht, mais c’est faux»

Se disant «désolé» pour les utilisateurs lésés, il dit avoir fait «ce qu’il a pu» à ce moment-là. Il dément les excès de luxe: «Certains disent que j’ai encore des bitcoins ou un yacht, mais c’est faux.» Mark Karpelès dit vouloir aller s’expliquer devant les utilisateurs de bitcoins à l’un de leurs rassemblements hebdomadaires à Tokyo, «quand les choses se seront tassées».

Interrogé sur les erreurs qu’il pense avoir commises, il répond «la sécurité. Pas seulement la sécurité du système, mais aussi celle des bureaux. Il y a eu des gens qui ont pénétré dans nos locaux et ont pris des choses. Il y a aussi un ancien employé de l’entreprise qui a volé des données de l’entreprise.»

A la question: «Regrettez-vous d’avoir racheté la plate-forme d’échanges?», il répond: «A moitié. J’ai beaucoup appris, mais j’ai beaucoup perdu.» Les 127.000 utilisateurs aussi.