Des manifestants anti-Google perturbent la conférence de l'entreprise

HIGH-TECH Ils protestaient notamment contre les évictions en vogue à San Francisco...

Philippe Berry
— 
10 personnes du mouvement Occupy Google ont été arrêtées le 24 juin 2014 après avoir installé des tentes sur le campus de l'entreprise.
10 personnes du mouvement Occupy Google ont été arrêtées le 24 juin 2014 après avoir installé des tentes sur le campus de l'entreprise. — OCCUPY GOOGLE

Après Occupy Wall Street, Occupy Google. Lors de la conférence Google I/O, mercredi, des manifestants ont réussi à échapper à la sécurité et ont brièvement perturbé les débats.

«Google n'a pas de conscience, Google n'a pas de conscience», a scandé une femme. «Arrêtez Jack Halprin», a-t-elle demandé, faisant référence à un avocat employé par l'entreprise américaine, qui est accusé d'avoir chassé plusieurs familles de San Francisco d'un immeuble dont il est propriétaire.

Un peu plus tard, c'est un homme qui a donné de la voix. «Google est une entreprise totalitaire qui construit des robots qui tuent des gens», a-t-il répété. La firme a récemment racheté Boston Dynamics, qui fabrique des robots à deux et quatre pattes capables d'évoluer dans des zones de conflits, mais a priori plutôt pour des missions de secours.

10 personnes arrêtées la veille

Devant le Moscone Center, plusieurs manifestants habillés en stormtroopers de Star Wars brandissaient des pancartes appelant Google à ne pas être «evil». Ils semblaient rattachés à la mouvance anticapitaliste qui accuse les géants de la Silicon Valley de faire monter les prix de l'immobilier, provoquant une «gentrification» de San Francisco en chassant les classes populaires de la ville.

La veille, dix personnes ont été arrêtées à Mountain View pour avoir installé des tentes sur le campus de l'entreprise dans le but d'y passer la nuit. Se revendiquant d'un mouvement «Occupy Google», ils disent défendre la neutralité du Net et appellent Google à s'engager plus activement sur ce front.