Nokia et les smartphones, «un constat d'échec»

HIGH-TECH L'équipementier en télécoms finlandais a cédé ce mardi son activité mobile à Microsoft pour la jolie somme de 5,44 milliards d'euros…

Anaëlle Grondin

— 

Le Nokia Lumia 1020.
Le Nokia Lumia 1020. — Diane Bondareff/AP/SIPA

Ancien numéro un mondial des téléphones portables, Nokia s’en voudra certainement longtemps d’avoir loupé la révolution du smartphone. C’est en tout cas une page qui se tourne ce mardi pour la firme finlandaise: elle vient de céder au géant américain Microsoft son activité téléphones portables.

«C’est un constat d’échec», réagit pour 20 Minutes Vincent Teulade, directeur spécialiste télécoms au cabinet PwC. «Nokia va devoir se réinventer». Le Finlandais n’a jamais réussi à trouver sa place dans un marché en pleine expansion aujourd’hui dominé par Google et Apple. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir proposé des smartphones de qualité ces derniers temps.

«Nokia a sous-estimé le succès de l’iPhone»

Le problème de Nokia, c’est qu’avant de proposer des téléphones fonctionnant sous Windows Phone (Microsoft) en 2011, «l’entreprise est restée trop longtemps accrochée à Symbian», assure à 20 Minutes Carolina Milanesi, analyste pour le cabinet Gartner. Un «mauvais choix», renchérit Vincent Teulade. Selon lui, «revenir sur le marché avec un système d’exploitation pas totalement optimisé, c’était compliqué. Au départ Symbian n’était pas pensé pour un smartphone, mais pour un agenda numérique». Cet expert explique également que «Nokia a sous-estimé le succès de l’iPhone» à son arrivée sur le marché en 2007: «Il a pu y avoir de l’arrogance, un sentiment qu’on ne craint plus rien. Après ils ont mis du temps à rattraper leur retard», poursuit Vincent Teulade, pour qui les Lumia sont arrivés beaucoup trop tardivement. 

«Il y avait déjà beaucoup de personnes équipées [de smartphones]. Une fois qu’on est sur un système d’exploitation (OS), il y a un certain nombre de barrières qui empêchent d’en changer, comme les applications qu’on a téléchargées, son répertoire et le contenu numérique, explique le spécialiste du cabinet PwC. Je pense que ça va être une prochaine bataille: est-ce qu’on va réussir à créer des passerelles entre différents OS?» Autre point souligné par cet expert: «L’écosystème Windows Phone est aujourd’hui beaucoup moins développé que les autres», donc moins attractif que iOS (Apple) ou Android (Google). Bien qu'il ait subi une cure de jouvence avec la sortie de Windows 8 fin 2012, le système d’exploitation ne trouve toujours pas son public. Beaucoup d'applications très populaires sur l'App Store ou le Google Play ne sont pas présentes dans la boutique d'applications de Microsoft.

Un marché dynamique

«Ce n’est pas évident de se positionner aujourd’hui aux côtés d’Apple et Google», reconnaît Vincent Teulade. Mais rien n’est totalement figé: «Au lancement de l’iPhone, plein de personnes n’y croyaient pas, chez les opérateurs et les équipementiers, notamment». Le marché a beaucoup évolué depuis. Et d’autres changements majeurs pourraient encore intervenir. Samsung, par exemple, «a atteint une puissance telle que la firme s’interroge sur la pertinence de lancer son propre système d’exploitation pour être moins dépendant d’Android (Google)», indique Vincent Teulade.

Contrôler à la fois la partie logicielle et la partie matérielle, comme le fait Apple avec ses iPhone, permettrait d’offrir une expérience «unifiée» à l'utilisateur. C’est précisément la raison pour laquelle Microsoft a voulu mettre la main sur l’activité mobile de Nokia. Pour Carolina Milanesi, l’entreprise s’est inspirée d’un autre géant américain: «La dynamique du marché, avec Google qui a racheté Motorola, a probablement poussé Microsoft à vouloir acquérir ses propres appareils».

Microsoft et Nokia travaillaient très étroitement sur la gamme de smartphones Lumia depuis 2011. Avec le rachat de l'activité mobile de son ex-partenaire, le géant américain met la main sur Asha, ses téléphones à bas coût, et Lumia, ses modèles plus haut de gamme. Les smartphones fabriqués par l'entreprise finlandaise ont encore six mois d'existence sous la marque Nokia, nous a-t-on indiqué chez Nokia France.