Le «mash up» ou l'art de mixer les sites

©2006 20 minutes

— 

L'art de la « purée » ou de la compote à la sauce Internet. Le mash up, en version originale, est une application Web hybride qui permet d'accéder à différents services Internet depuis une même page : par exemple, consulter depuis une seule fenêtre, ses messages Yahoo ! Mail, Gmail et Hotmail. Il suffit qu'un site livre le code source de son service pour qu'un programmeur amateur puisse développer des applications inédites et les met à disposition des autres internautes.

La pratique est de plus en plus encouragée par les grands noms de l'Internet* : Google Maps et Flickr sont « ouverts ». Ce qui donne un mash up de Google Maps permettant de situer tous les cafés Starbucks dans une ville, un autre pour dresser « la carte du crime » de Chicago ou trouver un appartement à louer. Dernièrement, c'est Yahoo ! qui a annoncé qu'il rendra public d'ici à la fin de l'année le code source de sa messagerie (257 millions d'utilisateurs). « L'occasion de rattraper son retard en la matière par rapport à Google, eBay ou Microsoft », note Franck Poisson, ex-directeur général de Google France, et animateur du site Webwag. La tendance ne pourra que s'accentuer avec le lancement de Google Code Search, outil permettant de retrouver des lignes de codes open source sur le Net. Utile et créatif, le mash up est cousin des logiciels libres, à la différence qu'il sert bien mieux les intérêts des entreprises. Chad Dickerson, responsable des relations avec les développeurs de Yahoo !, confirme : « Nous ne sommes pas en mesure de fournir toutes les applications dont les utilisateurs souhaiteraient disposer. » Les mash up, innovations gratuites, permettent alors de séduire de nouveaux clients dans des marchés de niche. Ouverts, mais intéressés !

Jonathan Bouchet-Petersen

*gallery.yahoo.com

googlemapsmania.blogspot.com

programmableweb.com

Comment concilier ouverture et sécurité ? En fait, la plupart des applications ne sont ouvertes que partiellement, et les données sont bien gardées. Yahoo !, souligne que son portail garde « évidemment » un contrôle total sur le nom des utilisateurs et les mots de passe de sa messagerie. Reste que, par définition, l'ouverture est sujette à risques. Mais elle génère aussi ses propres défenses, puisqu'une faille est vite repérée et corrigée par la communauté des développeurs privés.