David Cage: «Avec la Playstation 4, on atteint l'émotion du cinéma»

JEU VIDEO Le patron du studio français Quantic Dream parle de la nouvelle console de Sony et de ses possibilités...

Philippe Berry

— 

David Cage, patron du studio Quantic Dream, présente une démo technique sur Playstation 4, le 20 février 2013.
David Cage, patron du studio Quantic Dream, présente une démo technique sur Playstation 4, le 20 février 2013. — E.DUNANT/AFP

De notre envoyé spécial à New York

Plus de puissance signifie des jeux plus spectaculaires. Mercredi, la Playstation 4, attendue pour Noël, a montré des possibilités intéressantes, notamment avec le blockbuster Killzone: Shadow Fall. Mais pour David Cage, patron du studio français Quantic Dream, plus que les explosions, les jeux franchiront surtout un cap dans l'émotion.

>> Tout savoir si la Playstation 4, c'est ici, ses jeux,

La Playstation 4 est-elle beaucoup plus puissante que la PS3?

C'est difficile de donner un chiffre précis, comme 10 ou 20 fois, car de nombreux paramètres entrent en jeu, et on apprivoise tout juste la machine. Mais l'imagination des développeurs va clairement être débridée avec cette nouvelle génération.

Ce visage de vieillard, que vous avez montré en démo technique, est impressionnant de réalisme. Aura-t-on des jeux de cette qualité?

A Quantic Dream, on ne triche pas dans nos démos. Tout est en 3D temps réel, sans aucun éléments pré-rendus. Les démos techniques que l'on fait sont en général moins abouties que les jeux, comme avec Beyond (PS3), qui est plus joli que la démo Kara. Le titre sur lequel on travaille sur Playstation 4 aura des personnages encore plus impressionnants (que le vieillard, ndr), et dans un monde en mouvement.

Plus on s'approche du réalisme, plus un humain virtuel ressemble à un zombie. A-t-on dépassé ce stade?

On est en train. Cela passe par un million de détails, la lumière dans le regard, la rougeur et l'animation de la peau. Avec la Playstation 4, on atteint l'émotion du cinéma. Comme dans les films muets, on devait jusqu'ici tout exagérer. Dans le jeu, on va désormais pouvoir aller dans le subtile.

Faut-il vraiment plus de polygones pour véhiculer de l'émotion?

Pas forcément. L'histoire et le son jouent un rôle crucial. Mais quand on cherche à aller vers le réalisme, dans les graphismes, l'animation et l'intelligence artificielle, il faut de la puissance.

On voit surtout des blockbusters et des suites. Cela coûte-t-il trop cher de prendre des risques sur console?

Les coût de développement ont augmenté mais l'originalité peut payer. Il y a une demande pour les shoots mais un jeu qui prend des risques peut trouver sa place. Les deux univers ne sont pas mutuellement exclusifs.

On voit beaucoup d'originalité sur tablette et smartphone, ou sur le PSN et le XBLA. Cela vous fait-il réfléchir?

Nous avons un accord avec Sony pour développer sur la Playstation. Mais on ne peut pas rester sourd aux changements du marché, aux nouveaux modes de consommation et aux modèles économiques émergents.