Fabriquées à Dieppe, les Alpine A 110 de la gendarmerie nationale sont prêtes à traquer les chauffards

BOLIDES Fabriquées à Dieppe (Seine-Maritime), les 26 Alpine A110 qui équiperont des brigades rapides d’intervention de la gendarmerie nationale sont prêtes. Une photo vient de fuiter

20 Minutes avec agences
— 
La Renault Alpine A 110 avait été testée (avant métamorphose) par la gendarmerie de l'Aude.
La Renault Alpine A 110 avait été testée (avant métamorphose) par la gendarmerie de l'Aude. — Gendarmerie Aude

Vous devriez les croiser (enfin si vous les voyez passer !) très prochainement sur les autoroutes. Elles remplaceront les Renault Mégane III RS (et les Seat Leon Cupra).
Vingt-six Alpine A 110 se préparent à venir rajeunir le parc des véhicules de la gendarmerie nationale, rapporte Paris Normandie.

Elles doivent être déployées ces prochaines semaines dans les équipes rapides d’intervention et « utilisées lors d’interventions impliquant des voitures en infraction à haute vitesse, dans le cadre de missions de sécurité routière ou de police judiciaire (trafic de stupéfiants par exemple) », liste le site spécialisé lesalpinistes.com consacré à la marque automobile.
Ces passionnés viennent de diffuser une photo des bolides sur les réseaux sociaux :

Les voitures ont été montées et assemblées à l’usine Alpine de Dieppe ( Seine-Maritime), et équipées dans le  Pas-de-Calais chez le carrossier Durisotti, à Sallaumines, racontait il y a quelques semaines La Voix du Nord.
La métamorphose consistait à installer « 30 mètres de faisceaux électriques », mais aussi « le panneau de messages variables, une sirène, un haut-parleur, les radios police et gendarmerie, le gyrophare, l’antenne de toit, les feux additionnels, un extincteur, la sérigraphie… », expliquait le quotidien régional.
La biplace de 252 chevaux atteint, homologuée, les 250 km/h.