Mustang by Charge: Comme son nom l'indique…

Auto Si le restomod n'est pas une tendance très récente, une sous-catégorie du restomod l'est bel et bien. Une sous-catégorie aussi sacrilège aux yeux des puristes, que lucrative.

Stéphane Lémeret
Mustang by Charge
Mustang by Charge — DR

C'est en 2018 que la startup britannique Charge a lancé ce projet qui, au bout de 4 ans de travail, est enfin une réalité. Une attente qui s'explique notamment par le soin obsessionnel apporté à chaque détail, pour un résultat apparemment irréprochable.

Mustang by Charge
Mustang by Charge - DR

La base de ce restomod (une restauration et modernisation, faut-il le rappeler) est une légende en soi : la Ford Mustang Fastback de 1967. Tout en respectant religieusement le look originel de la voiture, les gens de Charge ont effectivement considérablement modernisé la voiture, avec des phares LED, des ajustements de carrosserie comme il n'en existait pas à l'époque, et un intérieur à la fois rétro et technologique, habillé d'un cuir de haute qualité. Vraiment du beau travail.

Mustang by Charge
Mustang by Charge - DR

Et que les puristes à l'âme sensible arrêtent là leur lecture : comme le laisse deviner le nom de l'entreprise, cette Mustang est convertie… à l'électricité. Elle dispose de 2 moteurs développant un total de 544 ch, pour un 0 à 100 km/h tué en moins de 4 secondes. Quant aux batteries de 64 kWh, elles annoncent une autonomie moyenne de 320 km.

Mustang by Charge
Mustang by Charge - DR

Charge Automotive annonce vouloir produire 499 unités de cet œuvre aussi aboutie que polémique. Intéressé ? Vérifiez d'abord l'état de vos finances, car la facture s'élève à quelque… 420.000€.