Essai Polestar 2 Single Motor: Une entrée de gamme pour mieux affronter Tesla

Auto Parce qu'elle ne sera pas indéfiniment interdite en France, nous avons essayé la Polestar 2 dans une version de base, dont la mission est de priver la Tesla 3 de quelques ventes.

Stéphane Lémeret
Polestar 2 Single Motor
Polestar 2 Single Motor — DR

La berline de la jeune marque électrique de Volvo avait en effet débuté dans une version à deux moteurs développant ensemble 400 ch, et avec une grosse batterie de 78 kWh promettant 450 à 480 km d'autonomie. Un joli package, facturé près de 54.000€ de base dans la plupart des pays d'Europe, et auquel il était bon d'ajouter le Pack Performance à 6.000€ pour profiter au mieux de ses prestations. Une jolie somme. Aujourd'hui, Polestar élargit donc son offre "vers le bas", avec des versions plus raisonnables, mais qui vont potentiellement plus loin.

Polestar 2 Single Motor
Polestar 2 Single Motor - DR

Single Motor

Ces versions Single Motor ont en commun de ne recevoir, comme leur nom l'indique, qu'un seul moteur, à l'avant. Ce moteur varie toutefois en puissance selon la batterie qu'on lui associe : 224 ch avec la nouvelle petite batterie de 64 kWh (420-440 km WLTP), 231 ch avec la grosse batterie citée plus haut, qui offre ici la plus grande autonomie de la gamme, avec 515 à 540 km WLTP. L'argument de ces versions est de rester sous la barre des 50.000€. Précisément 45.900€ pour la première, 49.900€ pour la seconde. Attention toutefois, car Polestar a aussi un peu rogné sur la dotation de série. A ce titre on peut regretter, surtout de la part d'une "fille" de Volvo, que les équipements de sécurité dernier cri soient optionnels. Cela étant, on a toujours à bord ce sentiment de grande qualité et la Polestar "de base" n'en est pas moins premium.

Polestar 2 Single Motor
Polestar 2 Single Motor - DR

Sur la route, on a affaire à une familiale toujours loin d'être placide malgré sa puissance réduite, mais qui affiche surtout un fonctionnement plus doux et un meilleur confort général. D'ailleurs, même si les ingénieurs ont fait un super boulot sur le châssis, la sportivité n'est pas ce qui définit le mieux une voiture de 2 tonnes. Donc autant conduire à l'aise et profiter du confort. La question est : la Polestar 2 Single Motor a-t-elle de quoi détrôner la Tesla 3 ? On en doute. Mais elle risque de compliquer la tâche des autres chasseuses d'Américaine, comme VW, Skoda, BMW, Kia et Hyundai.