MPM Motors: Un constructeur français met la clé sous la porte

Auto Créé en 2017 dans les Yvelines, MPM Motors construisait une voiture sportive low-cost baptisée PS160, puis Erelis. En difficultés financières depuis 2 ans, la société vient d’annoncer la cessation de ses activités.

Stéphane Lémeret pour 20minutes

— 

MPM Erelis
MPM Erelis — DR

Alors que la technologie et les normes de sécurité et de pollution rendent l’automobile de plus en plus complexe, certains passionnés osent encore se lancer dans l’aventure en proposant des modèles singuliers. C’était le cas de MPM Motors, une société française lancée par deux frères d’origine russe, qui avaient eu l’idée de reprendre la construction de la TagAz Aquila, une voiture imaginée dans leur pays d’origine.

MPM Erelis
MPM Erelis - DR

Sur papier, l’idée n’était pas mauvaise : il s’agissait d’une berline à 4 portes au profil de coupé vendue à bas prix (aux alentours de 13.000 €). Malheureusement, ce tarif intéressant au premier abord n’a pu être atteint que moyennant d'énormes concessions, comme une finition quasi inexistante et une motorisation d’origine Mitsubishi complètement dépassée, ne développant que 100 ch.

La MPM PS160 a été distribuée par un petit réseau de quelques concessionnaires qui avaient été séduits par sa ligne originale. En 2018, une mécanique 1.2 de 130 ch d’origine PSA avait remplacé le bloc japonais, ce qui aurait pu marquer le vrai début de celle qui avait changé de nom pour s’appeler Erelis.

MPM Erelis
MPM Erelis - DR

Hélas, les soucis financiers qui se sont accumulés ont retardé l’arrivée du nouveau modèle, et les très nombreux problèmes de fiabilité et de construction des voitures produites ont dégoûté clients comme concessionnaires. Malgré des projets comme le SUV Vultur, MPM Motors vient d’annoncer la fin de ses activités. Au mieux de sa forme, la firme a employé quelque 200 personnes.