Victor Montigliani (Canada), Sunil Gulati (Etats-Unis) et Decio di Maria (Mexique).
Victor Montigliani (Canada), Sunil Gulati (Etats-Unis) et Decio di Maria (Mexique). - Mark Lennihan/AP/SIPA

2026, c’est dans 9 ans. Mais avec une coupe du monde élargie à 48 nations, autant prévoir le plus tôt possible. Hier, une candidature commune aux allures de favori a été lancée par les trois nations d’Amérique du Nord : Etats-Unis, Canada et Mexique. Les présidents des trois fédérations étaient présents hier à New York pour dévoiler un accord qualifié d' « historique ».

Historique, parce qu’il s’agit de la première candidature à trois têtes. Elle concerne une Coupe du Monde elle-même historique puisque cette édition sera la première avec un nouveau format, à 48 équipes et à 80 matchs. Deux des trois pays ont déjà l’expérience de l’organisation du Mondial. La grande fête du football s’est déjà tenue au Mexique (1970 et 1986) et aux Etats-Unis (1994). Ce serait une première pour le Canada, qui reste sur un succès avec la dernière édition féminine, en 2015.

>> A lire aussi : Coupe du monde à 48: Pénos dès les matchs de poule, compétition pas rallongée… Comment ça va marcher tout ce bordel?

Malgré ses velléités de mur entre Etats-Unis et Mexique, Donald Trump serait enclin à participer à cette aventure. « Le président Trump nous a fait part de son soutien total, il est particulièrement heureux que le Mexique participe à cette candidature avec nous », a assuré Sunil Gulati, président de la fédération américaine, pendant la conférence de présentation.

Si les détails n’ont pas encore été dévoilés, ce sont les Etats-Unis qui sont les grands gagnants de cette candidature. Plus fort en termes d’infrastructures sportives, le pays de l’Oncle Sam accueillerait 60 matchs de la compétition, soit 75 % du programme. Le Canada et le Mexique auraient chacun 10 rencontres sur leur sol. Une insulte pour les fans mexicains, qui ont déjà montré leur mécontentement sur les réseaux sociaux.

Aucune autre candidature n’a été annoncée pour l’instant pour ce Mondial, dont on connaîtra le(s) pays organisateur(s) en mai 2020. Mais il faudra être solide pour l’emporter contre le mastodonte nord-américain.

Mots-clés :