Le sélectionneur de la Croatie, Slaven Bilic, le 14 juin 2012 à Poznan.
Le sélectionneur de la Croatie, Slaven Bilic, le 14 juin 2012 à Poznan. - D.Ebenbichler / REUTERS

A.P.

De notre envoyé spécial à Gdansk,

«Ce genre de personnes ne doivent plus suivre notre sélection, mes joueurs et moi ne voulons plus d’eux.» Slaven Bilic est remonté. Interrogé en conférence de presse sur les comportements racistes de certains supporters envers Mario Balotelli, le sélectionneur croate a tenu à mettre les choses au point en conférence de presse, ce dimanche à Gdansk. «En mon nom et en celui des mes joueurs, je tiens à dire que je suis dégoûté par ce genre de comportement. Nous n'aimons pas ce type de supporters et ils ne devraient pas pouvoir aller au stade. Il faut trouver des sanctions pour les arrêter.»

La Croatie risque de payer au prix fort les insultes proférées et les bananes lancées à Mario Balotelli, lors du match contre l’Italie le 14 juin. L’UEFA menace de retirer six points à la sélection au damier pour les éliminatoires du championnat d’Europe 2016. Au-delà de cette sanction possible, Bilic déplore surtout l’image que cette affaire renvoie de son pays. «La Croatie est un pays moderne et tolérant. En tant que père et homme ouvert, je suis dégoûté par ces manifestations racistes.» Il y a des meilleures façons de prépare une rencontre décisive contre l’Espagne (lundi à 20h45).