Rattrapés sur le fil en Allemagne, les Bleus confirment quand même leur sacré réservoir

FOOTBALL Malgré le match nul, il y a du positif à sortir de ce match des Bleus face à l'Allemagne...

Nicolas Camus

— 

Alexandre Lacazette et Anthony Martial ont marqué des points lors du match amical Allemagne-France, le 14 novembre 2017 à Cologne.

Alexandre Lacazette et Anthony Martial ont marqué des points lors du match amical Allemagne-France, le 14 novembre 2017 à Cologne. — Martin Meissner/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Cologne, 

La victoire lui tendait les bras, mais l’égalisation allemande dans les arrêts de jeu n’est pas bien grave, au fond. L’équipe de France est allée chercher un bon match nul en Allemagne, mardi soir (2-2). Une confrontation dont il ne faut rien conclure par rapport à son prestigieux voisin, mais qui lui permet d’avancer, à quelques mois du Mondial.

Lacazette, enfin. Un but aussi facile qu’important pour la confiance (34e), un autre plein de sang-froid devant Trapp histoire de ne pas laisser place au doute (71e). Lacazette a enfin marqué des buts et des points en Bleu. En dedans lors de ses précédentes apparitions, le joueur d’Arsenal a montré de l’envie, comme sur sa première occasion, qu’il s’est créée seul (19e). Ça ne le fera pas passer devant Giroud dans l’esprit de Deschamps, mais ça pèsera quand le sélectionneur réfléchira à ses plans B. Et c’est déjà pas mal.

Les jeunots en ont bien profité. DD avait fait tourner pour ce second match amical, pour impliquer tout le monde et surtout voir de quoi les moins expérimentés étaient capables. Même si l’Allemagne était elle aussi très remaniée, dira-t-on a minima, la partie n’avait rien de simple et les jeunots ont répondu présents.

On citera Digne, pas loin de Kurzawa si ce n’est au-dessus, Tolisso, déjà patron au milieu alors qu’il est là depuis un mois, Martial, tellement facile dès qu’il veut bien courir et qui aurait dû marquer (90e), et Umtiti, parti pour former avec Varane la charnière pour la décennie à venir. Et dire que Lemar, Dembélé et Mendy sont blessés… Les Bleus ont de la ressource, et ça nous plaît beaucoup.

Rendez-vous en mars. Après avoir procédé à des changements, d’hommes et de systèmes, sur ces deux matchs amicaux, Deschamps a quatre mois pour digérer les informations engrangées et fignoler ses choix d’ici à mars. Il s’agira alors du dernier rassemblement avant la liste pour la Coupe du monde, et l’heure ne sera plus aux tests. Tout ce qu’on a vu là donne envie de voir à quoi les Bleus ressembleront alors.