Frank Underwood et Rolland Courbis, profession manipulateurs.
Frank Underwood et Rolland Courbis, profession manipulateurs. - Montage 20 minutes

Le parallèle nous a sauté en yeux sans qu’on puisse résister à l’idée de l’appliquer dans un papier : Rolland Courbis a tout appris de Frank Underwood, le génie machiavélique de la série House of Cards, qui part du fond de la cale pour finir président des États-Unis. À son petit niveau, « Coach Courbis » ne se défend pas mal non plus : un mois à peine après avoir démissionné de son poste de Montpellier sans que personne ne l’y oblige, le voilà déjà sur le banc de touche du Stade Rennais. Un exploit que le Kevin Spacey de la Ligue 1 a préparé de longue date. Explications.

Épisode pilote : Mon équipe me maintient à flot

Il faut se souvenir d’où part Courbis. En 2006, il est condamné à deux ans de prison dans l’affaire des comptes de l’OM et on le pense fini pour le monde du foot, comme Underwood qui se fait sucrer la place de vice-président qu’il convoitait après la victoire des Démocrates. Notre truculent Sudiste peut alors compter sur RMC pour rester dans le game. Il est accompagné de son binôme Gilbert Brisbois, dont la ressemblance troublante avec Doug Stamper, l’homme de l’ombre d’Underwood, nous oblige à commencer par cet épisode pilote un peu foireux.

Montage 20 Minutes

Saison 1 : Je trahis celui qui m’a aidé à revenir

Loulou et Rolland commencent par se rendre mutuellement service, tel Frank Underwood qui rencarde Zoe Barnes pour favoriser son ascension et celle de la journaliste. Puis c’est le drame. Après avoir sauvé Montpellier des affres de la Ligue 2, Courbis démissionne de son poste d’entraîneur sans jamais avoir été poussé dehors par Nicollin. À ce propos, le président héraultais serait bien inspiré de regarder derrière son dos pour ne pas finir trucidé dans une poubelle de la famille [on pense à toi Zoe].

Saison 2 : Je manipule le meilleur ami du président

La deuxième partie du plan prend forme. Dans la série, Underwood utilisait le milliardaire Raymond Tusk, un proche de Potus, pour vendre sa candidature au poste de vice-président des USA. À Rennes, Courbis fait de même avec René Ruello, qu’il parvient on ne sait trop comment à convaincre de l’embaucher comme conseiller du club. Mais promis, il n’a pas d’autre ambition, surtout pas celle de remplacer Montanier. « Si je peux l’aider ne serait-ce que d’1 %, ce sera déjà 1 % de gagné », nous disait-il la semaine dernière.

Saison 3 : Je poignarde mon rival dans le dos

Le coup de Trafalgar est sublime. Une semaine après avoir juré sur la tête de toute sa famille qu’il ne débarquait absolument pas en Bretagne pour remplacer l’entraîneur… il remplace l’entraîneur. Philippe Montanier avait pourtant pris la peine d’aller le chercher en voiture à la gare de Rennes huit jours plus tôt. Le voilà aussi cocu que Peter Russo, utilisé comme candidat fantoche par Underwood pour faire avancer sa stratégie de grand fourbe. Attention au suicide, Philippe.

Bonus. Saison 4, à venir : Je prends la place du président

Underwood visait la place de président du monde libre, Courbis veut faire aussi bien avec le Stade Rennais. Comptez sur lui pour évincer Pinault du pouvoir avant la fin de la saison. Oh, vous ne saurez rien, tout se fera en coulisses. Sans doute une histoire de chantage à la sextape impliquant Salma Hayek, laquelle ne sera jamais diffusée en échange d’une démission sans préavis et malgré les protestations des supporters rennais qui préféreraient voir la sextape, comme tout le monde.

Mots-clés :