Uber a payé une rançon pour dissimuler un piratage massif l'an dernier

TECHNOLOGIE Les données de 57 millions de clients et de 600.000 chauffeurs ont été compromises, l'an dernier...

P.B. avec AFP

— 

L'app Uber sur smartphone.

L'app Uber sur smartphone. — Julio Cortez/AP/SIPA

Un scandale de plus pour Uber. Son nouveau patron, chargé de redorer l’image de l’entreprise ternie par de nombreuses affaires de harcèlement, a avoué mardi que les données de 57 millions d’utilisateurs à travers le monde, dont celles de 600.000 chauffeurs, ont été piratées à la fin 2016. S’il ne dit n’avoir été mis au courant que « récemment » de l’incident, Dara Khosrowshahi reconnaît qu’Uber l’a dissimulé pendant près d’un an. Selon une enquête de Bloomberg, l’entreprise a notamment versé une rançon de 100.000 dollars aux hackers pour qu’ils gardent le silence et détruisent les données.

Khosrowshahi, qui a succédé au cofondateur Travis Kalanick cet été, n’a pas confirmé ce dernier point mais indique qu'« au moment de l’incident, nous avons immédiatement pris les mesures pour sécuriser les données et mettre fin à l’accès non autorisé des individus. Nous avons identifié ces individus et obtenu des assurances que les données collectées seraient détruites ». Il ne précise pas quelles preuves les hackers ont fournies.

Le directeur de la sécurité licencié

Selon Uber, seuls les noms, les adresses email et les numéros de téléphone des utilisateurs ont été piratés, ainsi que les noms et numéros de permis de conduire des chauffeurs. Sur la base d’expertises externes, l’entreprise affirme que l’historique des trajets, les numéros de cartes et de comptes bancaires, les numéros de sécurité sociale et les dates de naissance des utilisateurs n’auraient en revanche pas été dérobés. Uber ne recommande pas, à ce stade, aux utilisateurs de changer leur mot de passe.

Uber précise que deux cadres ont été licenciés pour leur gestion de l’affaire, dont le directeur de la sécurité, Joe Sullivan. Selon BuzzFeed, le ministre de la justice de l’Etat de New York a ouvert une enquête.

Mots-clés :