GrantWill, le site qui vous aide à garder contact avec vos proches après votre mort

AU-DELA De nombreux sites permettent de garder vos données personnelles pour faciliter l’accès à vos comptes…

L.B.

— 

«13 reasons why»

«13 reasons why» — © tmdb

  • GrantWill permet de souhaiter l'anniversaire de quelqu'un après la mort
  • Il garde les accès à nos comptes pour faciliter la mort numérique
  • Les messages restent confidentiels

« Salut, c’est Hannah. Hannah Beker ». Plus besoin de vous galérer à trouver un enregistreur de cassettes audio comme dans 13 reasons why pour envoyer des messages pas très sympas à vos proches depuis l’au-delà. Le site  GrantWill, repéré jeudi par Le Parisien, s’occupe de tout. Vous n’avez pas trouvé le courage de régler vos comptes avec votre ex ou d’avouer à votre enfant que vous avez écrasé le chien par inadvertance en garant la voiture ? Attendez de passer l’arme à gauche pour balancer vos secrets à votre entourage, ça évite les situations gênantes. Voici comment vous pouvez garder contact avec vos proches depuis l’au-delà.

>> A lire aussi : «13 Reasons Why», la série à succès qui libère la parole des ados sur le suicide et le harcèlement

Le problème des assurances vies

On connaissait Safebeyond, une plateforme américaine payante qui permettait d’archiver dans un « coffre numérique » des messages texte, photo et vidéo pour les envoyer à vos proches jusqu’à 25 ans après sa mort. Sur le même principe (mais en gratuit), GrantWill [exhausser testament], qui compte plus de 6.000 inscrits, garde vos données personnelles (identifiants Facebook, Paypal, iTunes…), administratives (bénéficiaires d’assurance-vie) et sentimentales (lettre d’amour, souhaits, conseils, vidéos…).

>> A lire aussi : Comment s'organise la gestion post-mortem d'un compte Facebook

« Une vieille dame avait parlé d’une assurance-vie à une amie. A sa mort, impossible de mettre la main dessus. Est-ce que cette dame avait menti ? On ne saura jamais. J’ai eu l’idée de ce service en voyant le nombre de gens confrontés à ce type de problématiques », raconte Frédéric Simode, fondateur de GrantWill. En 2015, le montant des contrats d’assurance vie en déshérence s’élevait à 5,4 milliards d’euros, sans oublier qu’en l’absence des mots de passe du défunt, la mort numérique -la suppression des comptes ouverts sur Internet- est une longue et fastidieuse démarche administrative.

« Beaucoup de gens n’osent pas dire les choses »

On trouve des tas de coffres-forts numériques en ligne, comme Edeneo, mais ici, l’intérêt, c’est aussi de garder le contact avec ses proches depuis l’au-delà. « Vous pouvez transmettre un message pour l’anniversaire de votre fils et il sera envoyé à la date exacte. Beaucoup de gens, par pudeur, n’osent pas dire les choses », reprend Frédéric Simode.

Mais comment ça marche, comment le site peut-il savoir qu’on est mort ? Clairement, l’idée n’est pas d’envoyer un mail au moment où votre cœur s’arrête, ça paraît un peu compliqué. Vous choisissez entre deux et dix anges gardiens parmi vos proches qui sont notifiés au moment de la création de notre compte. Ils seront ensuite chargés de prévenir le site en cas de décès.

Une fois la mort signalée par l’un des anges -et sans invalidation de la procédure dans les 48 heures-, tous les messages sont envoyés. La bonne nouvelle, c’est que vous décidez qui voit quoi. Les anges gardiens ne sauront rien de vos galipettes avec la standardiste ou avec le mec de votre meilleure amie. « Les anges n’ont accès à rien, les messages sont personnels et confidentiels », insiste Frédéric Simode. Vous pouvez continuer d’envoyer vos déclarations pépouze, votre réputation restera intacte.

Et même si vous ne pensez pas mourir demain, vous pouvez commencer à laisser vos messages -et bientôt prévoir des cadeaux- à vos proches. Le fondateur ne voit pas de raison que le service disparaisse. « C’est une base de données, le site est automatisé. Il n’y a pas de raisons que dans quarante ans, il n’existe plus », note-t-il.